Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Pour faire face au nombre croissant des contaminations au nouveau coronavirus

Des mesures préventives à Tanger-Assilah et à Fès




 Prenant en considération le nombre croissant des contaminations au nouveau coronavirus (Covid-19) et des décès enregistrés ces derniers jours, et pour préserver la santé et l'intégrité des citoyennes et citoyens, le gouvernement a décidé l'application, à partir de ce mercredi 05 août 2020 à 20h, d'une série de mesures préventives au niveau des préfectures de Tanger-Assilah et de Fès.
Dans un communiqué, le gouvernement explique que ces mesures seront appliquées selon les critères suivants : 
1. Au niveau des villes de Tanger et Fès :
- Obligation de disposer d'une autorisation exceptionnelle pour se déplacer de et vers Tanger et Fès
- Interdiction de tous les rassemblements
- Fermeture à 22h des commerces de proximité, des grandes surfaces et des cafés
- Fermeture des restaurants à 23h
- Fermeture des plages et des parcs publics
- Fermeture des salles de jeux, des salles de sport et des terrains de proximité
- Réduction de la capacité du transport public à 50%
2. Mesures décidées au niveau des quartiers résidentiels où s'est propagée la pandémie dans les villes de Tanger et Fès : 
- Fermeture des accès menant à ces quartiers par des barrages de sécurité
- Les déplacements de et vers les quartiers concernés par la fermeture seront conditionnés à des autorisations spéciales de déplacement délivrées par les autorités locales
- Fermeture à 20h des commerces de proximité, des grandes surfaces, des cafés et des restaurants
- Fermeture des souks de proximité à 16h
- Fermeture des hammams et des salons de beauté
Dans son communiqué, le gouvernement, tout en exhortant les citoyennes et citoyens au respect strict des différentes mesures préventives annoncées et à l'adhésion, avec engagement et en toute responsabilité, aux efforts nationaux visant à endiguer la propagation du nouveau coronavirus, insiste qu'il sera procédé à l'activation des procédures de surveillance rigoureuse à l'encontre de tout individu ayant enfreint les règlements en vigueur, notamment le port obligatoire du masque de protection et le respect de la distanciation physique dans les lieux publics.

​A Dakhla, le tourisme l'emporte sur le virus

Alors que beaucoup de personnes ont changé ou annulé leurs plans, suite à l'annonce de la fermeture de huit villes du Royaume pour lutter contre la propagation du Covid-19, la grande majorité des touristes qui avaient prévu de se rendre à Dakhla ont maintenu leur voyage.
Pour ceci, l’ensemble des autorités locales de Dakhla n’ont ménagé aucun effort, afin de garantir la sécurité des citoyens et des touristes et préserver l’attrait de la Perle du sud marocain.
Ainsi, les hôtels de la ville ont rouvert les uns après les autres, dans un respect total des mesures de sécurité, d’hygiène et de distanciation sociale.
Parti à la rencontre de touristes actuellement à Dakhla, le site "MyMaroc", un guide de voyage destiné à tous ceux qui désirent découvrir le pays autrement, a rassemblé un ensemble de témoignages rassurants qui nous rappellent "qu’au-delà de la maladie et de la psychose, il y a la vie".
"On a choisi Dakhla, d’abord parce qu’il n’y a pas beaucoup de cas Covid-19, mais également pour son désert, pour sa mer et pour pratiquer un peu de pêche", a affirmé un touriste dans une vidéo publiée par "MyMaroc".
Pour un autre, c’est l’occasion de profiter du cadre exceptionnel et de pratiquer du Kitesurf, discipline qu’il a découverte dans cette ville.
Consultable sur www.mymaroc. com, "MyMaroc" se veut être une vitrine de tout ce qui fait la beauté du Maroc pour inspirer et guider les voyageurs. 
Il regroupe également un grand nombre d’informations utiles comme les principales destinations touristiques du pays, l’agenda des événements, les mesures sanitaires mises en place par les établissements touristiques ou encore la Royal Air Maroc ou l'Office national des aéroports pour faire face au Covid-19.

​“Maskne”, une nouvelle acné que nous apporte le Covid-19

Le port du masque, obligatoire au Maroc et partout dans le monde, est l'un des gestes barrières les plus cruciaux dans la lutte contre la propagation de la Covid-19. Toutefois, avec ce nouvel accessoire, devenu désormais une norme et même une tendance, apparaît un nouveau problème cutané: la "Maskne" ou l'acné du masque !
Encore un nouveau terme que nous apporte le Covid-19 et qui fait le tour de la toile internationale. Ce mot-valise, dont l’étymologie est facilement "dé-mystifiable" (acné+masque), est même devenu un argument de vente pour quelques marques afin de commercialiser leurs produits "skincare".
"Avec la chaleur qui monte, la transpiration et l’humidité qui s’installe sous le masque, des réactions cutanées comme des irritations, des rougeurs et des boutons type d’acné, baptisées "Maskne" par la toile, se déclenchent", affirme la dermatologue Naoual Jaada, notant que "d’autres éruptions peuvent aussi apparaître suite au port du masque comme la rosacée ou l’eczéma",
Mais il existe aussi d’autres facteurs qui contribuent à l’apparition de l’acné autour de la bouche notamment le stress, ajoute-t-elle, en l’occurrence la consommation élevée d’aliments gras et de produits laitiers, surtout durant le confinement, et les frottements au masque ou ce qu’on appelle "l’acné mécanique".
Celle-ci est surtout fréquente chez les sportifs qui portent des casques ou des mentonnières pendant de longues périodes, explique la spécialiste en dermatologie et en médecine esthétique, tout en précisant que ces frottements entre la peau et le tissu conduisent à l’acné résultant des pores obstrués et de la prolifération bactérienne.
Les professionnels de santé, en première ligne de la bataille contre le coronavirus, sont les plus touchés par ces réactions cutanées liées aux masques de protection. "Ce type de réaction allergique a été essentiellement observé chez le corps médical, les masques FFP2 sont très obstructifs et responsables d’une augmentation de la chaleur locale et de la sécrétion du sébum. Un masque trop hermétique, type FFP2, sera difficile à supporter longtemps", déclare docteur Jaada, qui recommande des masques chirurgicaux, qu’il faut changer chaque 4 heures, ou les masques dits alternatifs au coton et de couleur neutre et d’éviter les masques synthétiques.
Ceci étant, les masques de protection peuvent causer des boutons d’acné mais cela ne devrait aucunement vous empêcher de porter un masque mais plutôt de prévenir la "Maskne" de surgir en amont.
"Nettoyer le visage avec un produit au PH neutre ou un peu acide pour rétablir l’équilibre cutané, lutter contre la chaleur et l’humidité en se rafraîchissant le visage régulièrement par une brume à l’eau thermale, enlever le masque lors d’une activité sportive, éviter de se maquiller et d’utiliser des produits cosmétiques parfumés avec conservateurs, utiliser des crèmes hydratantes dont la texture doit être adaptée au type de peau et réduire la consommation d’aliments sucrés", conseille la spécialiste afin de prévenir l’apparition de l’acné du masque.
Pour les peaux grasses et à tendance acnéique, il est préférable de consulter un dermatologue avant que les symptômes n’apparaissent afin de contenir dès le début ce genre de réactions. "On évite ainsi d'avoir à prendre des traitements avec des médicaments beaucoup plus lourds", affirme-t-elle.
En cas d’acné légère à modérée, Dr Najat explique qu'"un traitement local est généralement suffisant (crème à base de vitamine A, ou d’AHA) aux propriétés exfoliantes pour réduire l’excès de sébum" et conseille d’éviter les crèmes à texture riche qui risquent d’obstruer davantage les pores.
Cependant, en cas de poussées inflammatoires plus graves, "votre médecin vous prescrira des traitements spécifiques anti-acné : antibiotiques à base de Cycline ou d’Isotrétinoïne qui ont une meilleure efficacité sur l’acné inflammatoire sévère afin d’éviter la rançon cicatricielle", conclut-elle.
Porter un masque peut, à bien des égards, sembler embêtant mais lorsqu’il s’agit d’arrêter la propagation du Covid-19, le masque est votre première ligne de défense. 
Mais comme tout est relatif, si vous vous retrouvez avec le coronavirus, votre peau sera le dernier de vos soucis !

Jeudi 6 Août 2020

Lu 811 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.