Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Manuel scolaire, courses de chevaux et réforme de l’enseignement

Au Maroc, on utilise le tiercé pour apprendre les multiplications aux élèves du primaire !




​Manuel scolaire, courses de chevaux et réforme de l’enseignement
C’est la Marocaine des jeux qui doit se frotter les mains ! Dans un manuel de mathématiques  utilisées dans les écoles privées  de l’enseignement primaire, le tiercé  est un moyen de résoudre les problèmes de multiplication.
C’est la très mauvaise surprise qu’a eue cette mère de famille, dimanche soir, en aidant ses filles en classe de CE3  à faire leurs devoirs de maths.  Dans l’exercice en question, il est demandé aux jeunes élèves qui n’ont pas plus de 8 ans de calculer combien Ahmed a gagné aux courses de chevaux et ce après avoir  quadruplé sa mise de 23DH. L’énoncé de l’exercice  contenu dans le manuel « Pour comprendre les mathématiques –CE2 » ne souffre la moindre ambiguïté.  Qu’on en juge.
« -Ahmed : J’ai joué aux courses de chevaux et j’ai quadruplé ma mise
-Hassan : Combien as-tu misé?
-Ahmed : 23 DH
Calcule ce qu’Ahmed a gagné». 
La jeune mère n’en croit pas ses yeux. « Un exercice de maths qui fait l’apologie des jeux de course et des paris. C’est cela qu’on veut apprendre à de jeunes enfants ? Les responsables des manuels scolaires manquent-ils à ce point d’imagination pour recourir au tiercé pour apprendre les règles de multiplication aux élèves du CE3 ? », s’indigne-t-elle.
El Khalfi  interdit la publicité des jeux à la télévision, Belmokhtar  enseigne le tiercé à l’école ! 
Attention, ici le propos ne procède pas d’une perspective religieuse. Et l’exercice en question n’est pas évalué à l’aune de ce qui est «halal» et de ce qui ne l’est pas. Les jeux de hasard –tiercé, loto, etc- sont interdits aux mineurs. Au Maroc comme ailleurs dans le monde.
Chez nous, la publicité des jeux de hasard est interdite à la télévision au nom du respect du jeune public. On se souvient de la bataille suscitée par les cahiers de charges des télévisions publiques  qui ont fini par bannir la publicité de tels jeux au nom de la protection de l’enfance.
En Europe et pour les mêmes raisons liées à la sauvegarde du jeune public, la publicité du tabac et de l’alcool est interdite à la télévision. 
En ces temps de réforme de l’enseignement, la question des droits des enfants –le Maroc a célébré ce  lundi 25 la Journée nationale des droits de l’enfant- se pose avec force.  Et parmi les droits des élèves du primaire, celui de ne pas être exposé au tiercé et aux paris. Des jeux du hasard qui peuvent constituer des menaces pour les enfants.  Ministères de l’Education nationale et de la Communication sont invités à accorder leurs violons. Alors que Mostafa El Khalfi a interdit la publicité des jeux à la télévision, Rachid  Belmokhtar, lui,  enseigne le tiercé à l’école ! 

Narjis Rerhaye
Mardi 26 Mai 2015

Lu 634 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés