Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Les "Google cars" ne sont jamais fautives

Parfois on sera heurté alors qu'on est juste arrêté en attendant qu'un feu passe au vert"




​Les "Google cars" ne sont jamais fautives
Les voitures sans conducteur que Google est en train de mettre au point disposent d'outils de sécurité de pointe, mais cela ne les empêche pas d'être impliquées dans des accidents de la route...  dans lesquels elles ne sont jamais fautives, selon Google. Il y a actuellement plus de 20 Google cars en circulation sur les routes de  Californie. 
Celles-ci ont été impliquées dans 11 accidents mineurs depuis que le projet a débuté il y a six ans, mais elles n'ont été à l'origine d'aucune de ces collisions, a indiqué Chris Urmson, chef du programme des voitures autonomes chez Google, dans une publication sur un blog. "Nous avons été heurtés par derrière à sept reprises, principalement à des feux de circulation, mais aussi sur l'autoroute", a-t-il précisé. "Nous avons également été heurtés sur le côté par des voitures qui avaient grillé des Stop", a-t-il ajouté. Ces voitures autonomes ont toutes un "conducteur de sécurité" à bord, qui est là pour pallier d'éventuelles défaillances. Au total, elles ont parcouru 2,7 millions de kilomètres selon Google, la plupart du temps en ville.
"Même avec des logiciels et des capteurs qui peuvent détecter des situations problématiques et réagir en conséquence plus vite qu'un conducteur humain, parfois nos voitures ne pourront pas surmonter la réalité de la vitesse et des distances. Parfois on sera heurté alors qu'on est juste arrêté en attendant qu'un feu passe au vert", a repris M. Urmson. "Toutes les expériences complètement folles que nous avons vécues sur la route ont été vraiment utiles pour notre projet. Nous avons des procédures détaillées qui nous permettent de revenir sur chaque incident pour comprendre et tenter d'en tirer des enseignements, même si ce n'est pas de notre faute", a  souligné Chris Urmson. 
Ce dernier a raconté avoir vu des conducteurs changer brutalement de voie sur l'autoroute parce qu'ils s'étaient trompés de file par exemple, ou foncer sans freiner vers des véhicules à l'arrêt. "Nous allons continuer à parcourir des milliers de kilomètres pour essayer de mieux comprendre ces incidents trop communs qui font que beaucoup d'entre nous n'aiment pas conduire", a-t-il conclu.

Vendredi 15 Mai 2015

Lu 325 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés