Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le Shadow Boxing, une alternative au championnat national de muay thai




Pratiquer des sports de contact en période de pandémie est un vrai casse-tête. Déconseillés un peu partout dans le monde, les sports de contact tentent tant bien que mal de ne pas sombrer dans l’oubli. Pour cela, les fédérations sportives rivalisent d’ingéniosité. Au Maroc, la Fédération Royale marocaine de kick-boxing, muay thai-savate et sports similaires n’a pas chômé. Elle a organisé un championnat national virtuel, sortant ainsi ses affiliés «muay thai» d’une période d’inactivité inédite, crise sanitaire oblige, pour mieux les préparer au championnat du monde virtuel, prévu début octobre prochain. Au programme de ce championnat national encadré par les directives de la Fédération internationale Moai Tai (IFMA), dont le coup d’envoi a été donné le 5 juillet dernier, des concours de Shadow Boxing et Maxfit. 
Excellent moyen de perfectionner les techniques de boxe, le Shadow Boxing se focalise sur la gestuelle des coups, l’amélioration de la fluidité et l’aisance des enchaînements. Dans la catégorie hommes (18 à 40 ans), c’est la prestation vidéo de Fouad Berrada qui a le plus impressionné le jury, devant Alaeddin Al Qasimi et Anwar Al Abdalawi. Dans la catégorie maîtres, Badr Al-Halwi a décroché la victoire. Abd al-Wafi Karkar (2ème) et Muhammad Ismail (3ème) ont complété le podium. Les femmes étaient bien évidement elles aussi représentées dans la compétition notamment Sabah Awni qui a raflé le premier prix (de 18 à 40 ans), devant Kawtar Baarab et Sakina Al-Hujairah.
Endurance, force, vitesse, puissance, capacité aérobique et anaérobique, le Maxfit est plus que jamais l’entraînement qui permet de se dépasser. Alors que sa cote de popularité ne cesse de grimper, la Fédération Royale marocaine de kickboxing, muay thai-savate et sports similaires a eu le nez fin en lui réservant une place dans le programme de son championnat national virtuel, d’autant qu’il est connu pour améliorer indéniablement la condition physique, soit exactement ce qu’il fallait proposer à des athlètes confinés pendant plus de trois mois. Une période de laquelle Ismail Elkhadraoui est sorti quasiment indemne et il a su maintenir une bonne condition physique pour s’adjuger la victoire dans la catégorie des 18 à 40 ans, talonné de très près par Badr Al-Halwi et Mohsen AbaKhoya. Côté dames, Zainab Bouhmada s’est adjugé la première place. Fatima Al-Zahra Al-Ansari (2ème) et Sakina Al-Hujaira (3ème) n’ont pas démérité non plus.  
Plus que jamais particulier, ce championnat national virtuel a donné du fil à retordre au personnel d’arbitrage. Habitué à être au plus près des athlètes, il a dû s’adapter à cette situation singulière, grâce notamment à une technologie de pointage à distance créée spécialement pour l’occasion, si l’on en croit ladite fédération. En tout cas, on peut être sûr que cette compétition a ravi les participants qui ont pu retrouver un semblant de normalité et évacuer les ondes négatives nées des affres du confinement. De plus, l’ensemble des athlètes sur le podium seront couronnés de certificats et de coupes, d’après la fédération. Encore plus intéressant, ils auront la latitude de créer leurs propres affiches de célébration officielles auxquelles seront rattachés le Comité technique national et la Commission nationale d'arbitrage.  

C.C
Mercredi 5 Août 2020

Lu 883 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 18:05 A mourir d’ennui Le derby des nuls