Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le Polisario s’escrime à vouloir torpiller les discussions de Genève

Les séparatistes, de retour dans la zone tampon en violation des dispositions de la résolution 2440




Il n’y a rien d’exceptionnel à cela. Chaque fois que l’Organisation des Nations unies prépare une rencontre ou envisage la mise sur pied d’un projet de résolution ou des discussions à propos du conflit artificiel du Sahara, les dirigeants algériens ordonnent au Polisario de mener des actions susceptibles de nuire aux initiatives onusiennes. 
Au cours de la semaine dernière, à quelques jours  des discussions de Genève, prévues les 5 et 6 décembre prochains, le prétendu ministre de la défense et chef de la milice armée du Polisario, le dénommé Lahbib Abdallahi, s’est permis d’effectuer une visite de deux jours dans la localité de Mijek, située à l’est du dispositif de défense marocain. 
Défiant la mise en garde lancée fin octobre dernier par le Conseil de sécurité dans sa résolution 2440, le sommant de ne pas retourner à la zone tampon et de ne transférer aucune structure administrative, et donc civile et militaire, au Sahara marocain,  le Polisario a, encore une fois, fait fi de cette mise en garde. 
La visite de deux jours que Lahbib Abdallahi a effectuée dans la localité de Mijek située à l’est du dispositif de défense marocain prouve, en effet, que le Polisario ne respecte que les seules instructions algériennes et se moque éperdument des injonctions de l’ONU, quitte à ce que ses actions constituent une violation inacceptable de l’accord de cessez-le-feu signé le 6 novembre 1991, sous l’égide des Nations unies.
 Le prétendu ministre de la soldatesque du Polisario, qui est accompagné lors de cette visite d’une délégation de miliciens, voudrait apparemment procéder à «une visite d’inspection des unités» de la non moins prétendue «armée sahraouie». Or, la temporalité de cette visite-provocation laisse penser que le front séparatiste cherche à «peser» lors des prochains pourparlers de Genève, en agitant l’épouvantail du retour à «la lutte armée» contre le Maroc.   
Une vieille-nouvelle carte que le Polisario n’a eu de cesse d’arborer à l’approche de chaque nouvelle échéance politique, et à chaque fois qu’il a le dos au mur. Et ce n’est surtout pas la nouvelle résolution adoptée, fin octobre dernier, qui lui fera changer de cap. 
Face à cette nouvelle manœuvre, qui risque de plomber les discussions de Genève, le chef de la MINURSO  et l’Envoyé personnel d’Antonio Guterres, l’ancien président allemand Horst Köhler doivent réagir fermement.
Le recours au chantage par le Polisario en application des ordres donnés par les autorités algériennes, est inacceptable, surtout à l’approche de l’échéance de Genève sur laquelle le Conseil de sécurité fonde de grands espoirs pour faire revenir les parties autour de la table des négociations, dont Alger, invitée à titre de «pays voisin» et non de «pays observateur», comme l’APS tente misérablement de le faire accroire.

 

Ahmadou El-Katab
Lundi 26 Novembre 2018

Lu 537 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés