Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Lancement d’un programme d'accompagnement des enfants bénéficiaires de la grâce Royale

Abdelouahed Jamali Idrissi : Les mineurs en conflit avec la loi ont des besoins qui nécessitent une intervention rapide




​Lancement d’un programme d'accompagnement des enfants bénéficiaires de la grâce Royale
Les enfants en conflit avec la loi ont des besoins qui nécessitent une intervention rapide la part des adultes et des responsables concernés par le domaine de l'enfance, y compris en termes de droit à l'éducation, à la santé, aux soins et à l'orientation, a souligné, lundi, le coordinateur de la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus, Abdelouahed Jamali Idrissi.
Intervenant lors d'un point de presse via visioconférence, à l'occasion du lancement du programme intégré d'accompagnement et de suivi à distance en faveur des enfants ayant bénéficié de la grâce Royale et d’alternatives au placement institutionnel, auquel ont pris part la représentante de l’UNICEF au Maroc, Giovanna Barberis, le chef-adjoint de la délégation de l'Union européenne au Maroc, Alessio Capellani et le directeur de la jeunesse, de l’enfance et des affaires féminines, au ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, Othmane Gair, Abdelouahed Jamali Idrissi a souligné que quelque 346 enfants en conflit avec la loi ont été confiés à leurs familles, parmi lesquels 38 mineurs bénéficiaires de la grâce Royale et 308 autres pensionnaires des centres de protection de l'enfance remis à leurs familles, soit de manière temporaire ou définitive. 
Ce programme intégré, adopté en vertu des mesures prises par les autorités pour lutter contre la propagation du coronavirus (Covid-19), vise à assurer aux enfants ciblés un développement continu à l'instar des autres enfants du Royaume, a-t-il indiqué, ajoutant que ce programme s'articule autour des services sociaux dispensés par des experts relevant de la Fondation Mohammed VI et du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports et des services psychologiques pour aider ces enfants à surmonter les difficultés et les contraintes liées au confinement et à la période passée loin de leurs familles. 
Il a noté que ledit programme fournira, également, des tablettes électroniques et des smartphones à ces enfants pour leur permettre de suivre les cours dispensés à distance par le ministère de l’Education nationale, ajoutant que les familles vulnérables de ces enfants bénéficieront de denrées alimentaires et de kits d’hygiène sanitaire, l'objectif étant de promouvoir la situation de ces enfants au sein de leurs familles et "ainsi les déplacer d'un foyer de tension et d'anxiété à un foyer de quiétude", où ils pourront s’imprégner des bonnes valeurs et s'intégrer pleinement au sein de la société. 
De son côté, Othmane Gair a affirmé que "l'objectif de ce programme intégré est d'assurer un accompagnement social et psychologique en faveur de ces enfants, mais aussi en faveur de leur entourage familial, afin d'assurer la réussite, sur le plan social, de l’opération de remise aux familles de ces enfants, qui a été initiée dans une logique de protection contre les effets du Covid-19, tout en permettant aux enfants d’être dans leur milieu naturel, c'est-à-dire auprès de leurs familles". 
Pour sa part, Giovanna Barberis a salué la réponse marocaine à la crise sanitaire du Covid-19, qui a démontré un grand esprit d’anticipation et "plus particulièrement, les efforts et la réactivité du Royaume du Maroc pour veiller à la protection de l’intérêt supérieur de chaque enfant, y compris les enfants en situation vulnérable, dont les enfants privés de liberté". 
A cet égard, elle a mis en avant la Grâce royale accordée dans le cadre de la réponse nationale et qui a bénéficié à des enfants, ainsi que l’action du pouvoir judiciaire et du gouvernement du Royaume pour la remise aux familles d’un grand nombre d’enfants placés dans les centres de protection de l’enfance, relevant que l'ensemble de ces mesures confirment l’engagement du Maroc à respecter les standards internationaux des droits humains et les normes relatives à la justice pour les enfants. 
Elle a, également, remercié la délégation de l’Union européenne au Maroc "pour avoir été notre premier partenaire à débloquer des fonds pour la réponse au Covid-19 et permettre de cofinancer cette action avec l’UNICEF et la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus, en coopération avec le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, dans le cadre du projet Himaya, pour un meilleur accès des enfants à une justice respectueuse de leurs droits". 
Par ailleurs, elle a souligné l’importance et la durabilité de cette action, qui peut être étendue à tout enfant sortant d’un lieu de privation de liberté, autant pendant qu’après la crise sanitaire, car les mesures alternatives à la privation de liberté, la préparation à la sortie et le soutien de l’enfant et de sa famille sont les seuls moyens efficaces pour favoriser la réintégration de l’enfant dans la société, son développement et son sens de la dignité humaine, du respect de sa personne et d’autrui, tout en tenant compte de son âge.
Intervenant par la même occasion, Alessio Capellani a souligné l'importance de ce programme, car il permet de faire sortir des jeunes de la prison ou des centres de protection de l'enfance pour être restitués à leurs familles, ajoutant que l'objectif fondamental est de promouvoir les alternatives à la privation de la liberté qui devrait être évitée à tout prix.
"Cette initiative est mise en place dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 et nous espérons qu'elle pourra être élargie pour devenir une expérience pilote qui pourra servir de référence pour les décideurs politiques, afin que les mesures alternatives à l'emprisonnement des enfants deviennent la règle et non plus l'exception", a-t-il poursuivi. 
Ce nouveau programme lancé lundi sous le signe "L’Enfant, c’est maintenant" a pour vocation d'assurer le suivi des quelque 346 enfants ayant quitté les centres de protection de l’enfance ou les établissements pénitentiaires depuis le début de la crise sanitaire, en plus d’appuyer les enfants et leur famille de manière multidimensionnelle, en les sensibilisant sur les dangers du virus et comment s’en protéger, en leur fournissant un panier alimentaire, un kit d’hygiène, un appui psychosocial et un soutien scolaire à distance, notamment à travers une plateforme téléphonique novatrice et permettant aux enfants et aux familles de prendre attache à tout moment avec des professionnels compétents, notamment de la Fondation et de la Société marocaine des psychologues cliniciens. 

Mercredi 13 Mai 2020

Lu 978 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif