Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La fusée Falcon 9 explose après son lancement de Cap Carnaveral

Un revers pour SpaceX et un mauvais coup pour l'ISS




​La fusée Falcon  9 explose après son lancement  de Cap Carnaveral
L'explosion dimanche de la fusée Falcon 9 de SpaceX peu après son lancement depuis Cap Canaveral en Floride est un revers pour la société californienne, après une longue série de succès, qui sera exploité par ses concurrents et un autre coup dur pour le fonctionnement de la Station spatiale internationale (ISS), ont jugé des experts.
Il s'agit du troisième échec en huit mois des livraisons de provisions et de matériel scientifique à l'avant-poste orbital. A l'explosion de la fusée Antares de la firme américaine Orbital Science en octobre dernier avait succédé la perte du Progress russe fin avril.
Pour SpaceX, c'est le premier accident de sa fusée Falcon 9 après 18 vols réussis, dont six sur douze prévus pour livrer du fret à l'ISS dans le cadre d'un contrat de 1,6 milliard de dollars avec la Nasa. 
Avec cet accident, la firme fondée par Elon Musk en 2002 "est désormais dans le collimateur", surtout au moment où elle vient de remporter une dure bataille pour obtenir la certification de l'US Air Force lui permettant de lancer des satellites militaires américains.
SpaceX affirme pouvoir lancer des satellites pour le Pentagone avec Falcon 9 pour 60 millions dollars, soit 50 millions de moins qu'avec ULA, une société conjointe de Boeing et de Lockheed Martin. Leurs lanceurs (Atlas 5 et Delta 4) ont eu 83 lancements d'affilés sans échec. 
Selon Greg Autry, le revers de SpaceX pourrait donner des arguments à certains au Congrès américain hostiles au fait d'utiliser des fonds publics pour financer des sociétés privées comme SpaceX pour transporter des astronautes à l'ISS.
Récemment le Congrès à majorité républicaine a réduit de plus de 300 millions de dollars le budget annuel demandé par l'administration Obama pour le développement du transport d'astronautes par le secteur privé.
Selon le sénateur démocrate de Floride Bill Nelson, cette coupe pourrait retarder de deux ans le début des vols habités par SpaceX et Boeing. Cela prolongerait la dépendance vis-à-vis des Soyouz russes pour acheminer les astronautes américains à l'ISS à plus de 70 millions de dollars le siège, et ce depuis la fin des vols des navettes spatiales en 2011.
John Logsdon a, quant à lui, jugé que les responsables de la Nasa cherchaient à minimiser l'impact des trois échecs en quelques mois pour approvisionner l'ISS.
"C'est vrai que ce n'est pas une crise comme dit la Nasa mais cela ne peut pas non plus être bon pour le fonctionnement de la Station", pense-t-il.

Mardi 30 Juin 2015

Lu 58 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.