Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Examen de passage pour Gattuso

Le problème de Barcelone, c'est qu'ils en ont un qui prend la balle, en dribble 10 et la met sous la barre


Il a remis Naples d'aplomb après un début de saison catastrophique sous les ordres de Carlo Ancelotti et a offert au club son premier trophée depuis 2014. Mais pour éloigner les derniers sceptiques, Gennaro Gattuso vise l'exploit samedi contre Barcelone et Messi.
Sur la crédibilité en tant que coach de l'ancien milieu de terrain teigneux de l'AC Milan, pèsent justement les souvenirs du joueur qu'il était et un début de parcours tumultueux sur les bancs de Palerme, Sion, Pise ou de l'OFI Crète.
Mais les dernières années de Gattuso l'entraîneur commencent à prendre aujourd'hui un relief différent. Son passage à l'AC Milan, initialement jugé raté, a ainsi été réévalué à la faveur de ce qu'ont fait ses successeurs, c'est à dire pire.
Et à Naples, Gattuso a montré qu'il avait l'étoffe. Au départ d'Ancelotti, le club était à la dérive, largué en championnat et plombé par la fameuse "mutinerie" des joueurs, refusant une mise au vert imposée par le président Aurelio De Laurentiis.
Le seul cadeau laissé par Ancelotti à son ex-joueur du Milan aura finalement été cette qualification pour les 8e de finale de la Ligue des champions contre Barcelone.
Or, sept mois plus tard, le Napoli a retrouvé un jeu et un classement (7e du championnat) plus cohérents et a gagné la Coupe d'Italie de l'immédiat après-confinement en battant l'Inter Milan et la Juventus.
Surtout, le club et Gattuso ont le droit de croire au "Final 8" après un match aller conclu à Naples sur un match nul 1-1 face à Barcelone, qui laisse la route de Lisbonne praticable.
"Dans deux semaines, on joue quelque chose d'important. On peut entrer dans l'histoire du Napoli et de la ville", a déclaré Gattuso peu avant la fin du championnat.
Une ville où, selon le technicien, il n'est pas si facile de réussir. "La ville n'aide pas. Il fait beau, il y a le soleil, de belles îles et tous ces bateaux", a-t-il souri.
Mais Naples et ses merveilles n'ont encore jamais connu le frisson d'un quart de finale de la C1 et le faire validerait définitivement les progrès de "coach-Rino", qui a reçu cette semaine au centre d'entraînement de Castel Volturno la visite amicale de deux champions du monde, Vincent Candela et Francesco Totti.
"Après le confinement, nous avons essayé de faire des choses un peu différentes", a expliqué Gattuso, qui dans un premier temps s'était essentiellement attaché à solidifier son équipe avec un bloc bas et prêt à partir en contres.
"Parfois nous faisons un pressing offensif, parfois on attend un peu plus bas. Maintenant on doit pouvoir faire tout ça. Au début, l'équipe ne savait pas faire le premier pressing. A Barcelone, il faudra prendre quelques risques puisqu'on part de 1-1", a-t-il ajouté.
Prendre des risques, tout en faisant attention. Car Gattuso sait bien qu'en face, même si le Barça ne traverse pas sa période la plus faste, le danger est constant.
"Le problème de Barcelone, c'est qu'ils en ont un qui prend la balle, en dribble 10 et la met sous la barre", a-t-il plaisanté.
"Messi, je ne peux le prendre au marquage que dans mes rêves et sur la PlayStation de mon fils", a-t-il aussi souri.
Le match aller, où les Italiens avait ouvert la marque, a tout de même montré que l'exploit n'était pas impensable.
Mais Naples, bien sûr, n'est pas favori, ce que Gattuso a résumé d'une formule en dialecte calabrais: "On est à côté de l'hôpital et à deux pas du cimetière."

Programme
Samedi à 20h00
FC.Barcelone-Naples
Bayern Munich-Chelsea

Samedi 8 Août 2020

Lu 779 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 24 Octobre 2021 - 18:05 Patrick De Wilde, le globe-trotter

Dimanche 24 Octobre 2021 - 18:00 Le HUSA renoue avec la victoire

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS