Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​EEP: Liquidation de plus de 70 entités




Plus de 70 entités relevant du secteur des établissements et des entreprises publics (EEP), qui "traînent depuis plus d'une décennie faute de volontarisme notamment des tutelles techniques", seront liquidées, a annoncé, mardi à Rabat, le ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration, Mohammed Benchâboun.
"L'analyse du secteur des EEP a permis de relever que malgré les différents apports, son développement demeure entravé par un certain nombre de fragilités et d'insuffisances", souligné M. Benchaâboun qui s'exprimait lors d'une conférence de presse sur l'opérationnalisation des Hautes Orientations Royales contenues dans le discours du Trône.
Il s'agit entre autres de la multiplication des EEP notamment à caractère non marchand, avec parfois des chevauchements entre EEP ou avec des structures administratives relevant des ministères et de la dépendance des EEP non marchands du Budget général de l'Etat -BGE- (plus de 36 milliards de subventions prévues en 2020), a-t-il fait savoir.
M. Benchaâboun a également soulevé les besoins croissants exprimés par des EEP marchands d'appuis étatiques en fonds propres et/ou en garantie pour leur pérennité/développement (ONCF, RAM, ONEE, HAO, ADM, etc) et l'absence de synergie/taille critique permettant une croissance externe (secteurs portuaire, logistique, des transports, etc) et des regroupements ralentis (ONEE, promotion, social, etc.).
Face à cette situation, plusieurs actions seront engagées pour corriger les dysfonctionnements structurels des EEP, garantir une complémentarité et une cohérence optimales entre leurs missions respectives et, in fine, rehausser leur efficience économique et sociale, a fait savoir le ministre.
Pour les EEP non marchands et sociaux, a-t-il détaillé, il sera procédé à la réintégration aux ministères concernés de certaines missions après liquidation/dissolution des EEP dont le maintien n'est plus nécessaire, au regroupement de certains EEP dont le maintien serait justifié et à la liquidation / dissolution des EEP dont la mission n'est plus avérée.
Pour les EEP Marchands et Financiers, M. Benchaâboun a mis en avant le renforcement de la pérennité du modèle à travers la réduction de la dépendance envers le BGE (capitaux, garantie, etc), une meilleure contribution au BGE (dividendes et redevances, etc), la valorisation du patrimoine, les partenariats public-privé (PPP), etc.
Il est également question de la création de groupes/holdings sectoriels homogènes répondant à des impératifs de taille critique, d'optimisation de la gestion (flux, trésorerie, coûts, etc), d'attrait pour le marché financier et de concrétisation des nouvelles opportunités offertes par l'intelligence artificielle, la digitalisation, l'économie circulaire.
Parallèlement, M. Benchaâboun a mis l'accent sur la création d'une Agence dédiée à la gestion active des participations marchandes et financières de l'Etat.
Cette agence, a-t-il expliqué, permettra de renforcer davantage le rôle de l'Etat actionnaire, promouvoir la bonne gouvernance au sein des EEP, assurer la gestion stratégique des participations de l'Etat, ainsi que de suivre la performance des établissements publics.
Et de soutenir : "Une nouvelle organisation fonctionnelle et administrative du ministère de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration qui répond aux attentes de Sa Majesté le Roi que Dieu L'assiste et aux exigences d'efficacité et d'optimisation de l'action publique".

​Forte baisse de la consommation réelle des ménages par habitant dans la zone euro

Revenu réel par habitant en hausse dans la zone euro et dans l’UE

Au premier trimestre 2020, le trimestre pendant lequel les mesures de confinement liées au Covid-19 ont commencé à être largement mises en place par les Etats membres, la consommation réelle des ménages par habitant a diminué de 3% dans la zone euro, après une baisse de 0,4% au trimestre précédent. 
Il s’agit de la baisse la plus marquée depuis le début de la série temporelle en 1999, selon Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne. Le revenu des ménages par habitant a augmenté de 1,1% en termes réels, au premier trimestre 2020, après une diminution de 1,1% au quatrième trimestre 2019.
Dans l'UE, la consommation réelle des ménages par habitant a diminué de 2,9% au premier trimestre 2020, après une diminution de 0,2% au trimestre précédent. Il s’agit du plus fort recul depuis le début de la série temporelle en 1999. Le revenu réel des ménages par habitant a augmenté de 1,2% au premier trimestre 2020, après une diminution de 1% au quatrième trimestre 2019.
Au cours du premier trimestre 2020, le revenu disponible brut ajusté des ménages a augmenté de 0,9% dans la zone euro et de 1,2% dans l'UE. La réduction des impôts courants et des cotisations sociales nettes a eu une forte contribution positive au revenu disponible brut, tandis que la contribution des prestations sociales a été plus élevée que d'habitude. La baisse observée des salaires perçus, de l'excédent brut d'exploitation et du revenu mixte des ménages a contribué négativement à la croissance du revenu disponible brut dans les deux zones.
Au premier trimestre 2020, le taux d'épargne a augmenté de 4,3 points de pourcentage par rapport au quatrième trimestre 2019, tant dans la zone euro que dans l'UE.
Le taux d'épargne des ménages, pour lequel des données sont disponibles pour le premier trimestre 2020, a augmenté dans tous les Etats membres. Les hausses les plus élevées ont été observées en Belgique, au Danemark et aux Pays-Bas, et les plus faibles en Pologne, en Suède et en Tchéquie. Pour tous les Etats membres sauf deux, l'augmentation du taux d'épargne s'explique par la forte baisse des dépenses de consommation individuelle.
Cette baisse des dépenses de consommation individuelle des ménages a été la plus prononcée en Italie, en Espagne et en Belgique, suivies par la France. Dans le même temps, le revenu disponible brut a connu des évolutions variées, augmentant en Pologne, au Danemark, en Tchéquie, en Irlande, aux Pays-Bas et en Finlande et diminuant en Espagne, en Italie, au Portugal, en Allemagne et en Autriche.
Au premier trimestre 2020, le taux d'investissement a diminué de 0,2 point de pourcentage dans la zone euro et de 0,3 point de pourcentage dans l'UE.
Parmi les Etats membres pour lesquels des données sont disponibles pour le premier trimestre de 2020, la baisse du taux d'investissement des ménages a été la plus élevée en Espagne, en France et en Belgique. Sept Etats membres ont enregistré une augmentation du taux d'investissement des ménages, les plus élevées étant observées en Allemagne, aux Pays-Bas et au Danemark.

Mardi 11 Août 2020

Lu 801 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:20 Tadej Pogacar bouscule l'histoire du Tour de France

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:19 Premier League: Liverpool mate Chelsea

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:18 Jawad Yamiq proche du Getafe