Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Décès tragique de la Figure socialiste Ahmed Zaidi

La classe politique est sous le choc




​Décès tragique de la Figure socialiste Ahmed Zaidi
Aux premières heures de cet après-midi du dimanche 9 novembre 2014, la nouvelle est tombée, terrible comme peut l’être une mort forcément tragique. Ahmed Zaidi est mort, emporté au volant de sa voiture par les eaux de l’Oued Cherrat, à Bouznika. En quelques minutes, l’information du décès du député socialiste fait le tour des réseaux sociaux. Les internautes sont sous le choc. Les circonstances du décès de l’ancien président du Groupe parlementaire de l’Union socialiste des forces populaires –une mission qu’il a remplie avec talent pendant 7 ans, de 2007 à avril 2014-  sont une tragédie. Ce dimanche matin, Ahmed Zaidi a tenu réunion avec quelques personnes à Bouznika, sa terre de toujours avant de prendre la route pour se rendre à Rabat où il était attendu.  Il emprunte un raccourci qui traverse le lit du fleuve Cherrat. Le président de la commune de Cherrat connaît bien ce chemin de traverse.   Il  a l’habitude de le prendre chaque fois qu’il est pressé. Que s’est-il exactement passé ce jour-là ? Selon des témoignages recueillis sur place, quelques heures après le drame, la voiture du défunt, un 4*4, a été prise dans le piège des eaux. Samedi, il avait beaucoup plu dans cette région. D’habitude sec à cet endroit précis, le lit du fleuve est submergé. L’insoutenable se produit. Les secours qu’A. Zaidi avait réussi à appeler depuis son téléphone portable  arrivent malheureusement trop tard. 
Très vite, la nouvelle se propage et fait le tour des états-majors politiques. D’un bout à l’autre de l’échiquier politique, de l’opposition –qu’il représentait avec dignité- à la majorité qui aura du mal à oublier ses diatribes et joutes oratoires, c’est l’incrédulité absolue. Difficile de penser qu’Ahmed Zaidi n’est plus. Difficile de croire qu’on ne croisera plus sa silhouette dans les grands couloirs du Parlement qu’il avait déserté ces dernières semaines. Difficile d’admettre que l’homme s’en est allé et que plus jamais on n’entendra le tribun qu’il a su être. 

Majorité et opposition unies dans le deuil

Tout au long de l’après-midi, les portables n’en finissent pas de sonner. La classe politique est sous le choc. Finies les divergences idéologiques entre majorité et opposition. Dans le deuil et la tragédie, les murs des désaccords et différences tombent… Proches, amis, hommes et femmes politiques, simples citoyens, tous sont là devant la résidence des Zaidi, à Bouznika, sur le front de mer. Abderrahmane Youssoufi, qu’il avait connu du temps de l’exil algérien de l’Ancien Premier ministre de l’alternance, Driss Lachguar, le Premier secrétaire de l’USFP contre lequel il était en lice lors du dernier Congrès du parti de la Rose, Mhamed Khalifa, l’Istiqlalien de toujours, Mostafa El Khalfi, le ministre islamiste de la Communication qu’il avait affronté à l’occasion du feuilleton des cahiers des charges à tendance islamisante, le PPS Khalid Naciri, des journalistes de la télévision -dont il avait fait les beaux jours  en tant que présentateur de JT et de la presse écrite, tous sont là. Tous se sont amassés devant la maison du disparu. Comme ils l’avaient fait quelques heures auparavant devant l’hôpital de la ville où Ahmed Zaidi avait été transporté. Dans la foule qui n’en finit de grossir en cette fin d’après-midi froide, Ahmed Reda Chami est éperdu de douleur. Said Chbaatou a la voix cassée de chagrin. Driss Lachguar ne contient pas sa tristesse ni ses larmes. Pas de posture. Juste une incommensurable tristesse, une douleur à vif.

Mort entre deux actus

Dans la foule aussi,  des dizaines et des dizaines d’anonymes, de simples citoyens de Bouznika, des hommes et des femmes de la terre et dont A. Zaïdi était le député depuis 1993. «Il était toujours là. Présent en toute circonstance, dans nos bonheurs et nos malheurs», chuchote un vieil homme à la djellaba en laine. 
Un long cortège s’ébranle de l’hôpital de ville pour accompagner la dépouille du défunt jusqu’au lieu de résidence des  Zaidi. Une longue nuit commence. Responsables, politiques, syndicalistes, journalistes, figures de la société civile font le déplacement et présentent leurs condoléances aux membres de la famille, aux proches, à ses quatre enfants submergés de chagrin. 
Cette nuit, de nombreux journalistes ont rallié Bouznika. Dar Brihi est en deuil. L’homme politique n’a jamais cessé d’être journaliste. Ahmed Zaidi  s’est longtemps invité dans les foyers marocains en présentant tous les soirs le journal télévisé de la télévision marocaine. Ancien rédacteur en chef à la TVM, il a été également l’un des fondateurs du Club de la presse aux destinées duquel il a présidé. Il avait toujours une attention particulière pour les femmes et les hommes de média à qui il n’hésitait jamais à répondre. 
Le leader politique Ahmed Zaidi s’en est allé entre deux actualités qui à coup sûr ont interpellé le journaliste qu’il a toujours été : le 39ème anniversaire de la Marche Verte et le refus du Maroc d’organiser la CAN. 
Il est mort là où il a toujours vécu, dans les terres et les eaux de Cherrat. Il a été inhumé hier lundi 10 novembre  après la prière d’Al Asr accomplie à la mosquée  Ahbass à Bouznika, au cimetière de Cherrat, sa commune, à la vie et à la mort. Il avait 61 ans. 

​Une douleur lancinante

​Décès tragique de la Figure socialiste Ahmed Zaidi
Abdelouahed Radi : «Je ne trouve pas les mots pour exprimer mes sentiments dans ces circonstances difficiles. Pour nous, la disparition d’Ahmed Zaidi est un drame tant pour sa petite famille que pour sa grande famille ittihadie».

​Décès tragique de la Figure socialiste Ahmed Zaidi
Said Chbaâtou : «C’est la volonté de Dieu. La disparition d’Ahmed Zaidi est une grande perte pour le Maroc et pour l’USFP. Nous implorons le Tout-Puissant d’entourer de sa Miséricorde le regretté».

​Décès tragique de la Figure socialiste Ahmed Zaidi
Mustapha Khalfi : «Avec le décès d’Ahmed Zaidi, nous venons de perdre l’un des hommes les plus courageux de ce pays connus pour leur défense des libertés, des institutions constitutionnelles et de notre intégrité territoriale. Nos implorons Allah, le Tout-Puissant, de l’entourer de sa Miséricorde».  

​Décès tragique de la Figure socialiste Ahmed Zaidi
Abdelhamid Fatihi : «Avec la disparition d’Ahmed Zaidi, nous perdons une personnalité d’une trempe particulière, un homme qui croit en la différence, un homme aux positions  courageuses».  

​Décès tragique de la Figure socialiste Ahmed Zaidi
Mhand Laenser : «La disparition d’Ahmed Zaidi est un vrai choc. Nonobstant son appartenance politique, le regretté était doté d’une forte personnalité et d’une moralité exemplaire. Je l’ai côtoyé avant qu’il ne soit député  et sa disparition est une grande perte pour le champ politique marocain et son parti». 

​Décès tragique de la Figure socialiste Ahmed Zaidi
Hamid Chabat : «Le regretté Ahmed Zaidi  était un homme bon et un militant qui avait enrichi le Parlement par ses interventions courageuses quand il était président du Groupe socialiste à la Chambre des représentants.  Il avait également joué un rôle important sur la scène politique marocaine».

​Décès tragique de la Figure socialiste Ahmed Zaidi
Nabil Benabdellah : «Le décès d’Ahmed Zaidi a eu sur moi l’effet d’un électrochoc. C’était un ami intime et nous entretenions des relations partisanes et professionnelles. C’était un homme politique aguerri et une figure des plus en vue des médias marocains». 
  

SNPM : « Le défunt Ahmed Zaidi a été l’un des piliers de la presse audiovisuelle marocaine. Il a travaillé à la Télévision nationale dans des conditions difficiles marquées par la mainmise de l’Etat sur les média officiels.
Le regretté incarnait le journaliste exemplaire et le militant qui, en toute sérénité, avait fait face aux défis de l’époque. Il était également parmi les figures de proue du Syndicat national de la presse marocaine avant d’être choisi à l’unanimité par ses confrères en tant que président du Club de la presse. »

Club de la presse : « Feu Ahmed Zaidi faisait partie des hommes de la presse et de la politique qui s’est toujours illustré par son militantisme et ses qualités morales irréprochables.  Il a été un modèle pour ses pairs  aux niveaux médiatique et politique ».       

Reportage réalisé par Narjis Rerhaye
Mardi 11 Novembre 2014

Lu 2177 fois


1.Posté par BEHRI ABDELAAZIZ le 10/11/2014 18:59
Il a toujours forcé l'admiration de ses amis et de ses adversaires. Intellectuel, courtois, bien élevé, le défunt n'avait pas peur de dire ce qu'il pensait. Que Dieu l'ait en sa sainte miséricorde!
Ne t'en fais pas Si Ahmed! Repose en paix!

2.Posté par Belhajilali le 11/11/2014 09:15
Rien à dire,c'est volonté du Bon Dieu.Sincères et vives condoléances à la famille du défunt , à l'USFPet aux Marocains toutes tendances confondues.Que le Bon Dieu ait dans sa miséricorde l'âme du défunt.Une douloureuse perte pour le pays .A Dieu nous sommes et à lui nous revenons.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés