Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Cérémonie en l'honneur des vainqueurs du Championnat national virtuel de karaté




La Fédération Royale marocaine de karaté et disciplines associées (FRMK) a organisé une cérémonie par visioconférence pour célébrer les vainqueurs du championnat national virtuel de la discipline dans les catégories "kata" et "kumité" qui s'est déroulé durant la période de confinement.
La cérémonie, qui a connu la participation du président de la FRMK, Mohamed Moktabil, a été l'occasion d'attribuer des prix aux champions de karaté et de para-karaté ayant pris part aux différentes compétitions virtuelles.
 Dans une allocution de circonstance, M. Moktabil a exprimé sa satisfaction quant à la participation des athlètes marocains dans toutes les catégories, mettant en avant le succès du championnat national qui s'est tenu à distance en raison de la pandémie du coronavirus. Le président de la FRMK a également salué les clubs et les associations participants, tous les entraîneurs et les staffs techniques, ainsi que les athlètes qui ont tenu à prendre part à ces championnats en dépit des conditions difficiles. 
Durant la période de confinement, la FRMK avait organisé plusieurs compétitions virtuelles, un examen pour l'obtention de la ceinture noire 1er dan de karaté et disciplines associées ainsi qu'une session de formation à distance au profit des arbitres marocains sous la supervision de l'Union africaine de karaté.

Mardi 1 Septembre 2020

Lu 487 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 18:05 A mourir d’ennui Le derby des nuls