Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Reportage au cœur de Aïn Diab : Une deuxième “année blanche” pour la Corniche




Reportage au cœur de Aïn Diab : Une deuxième “année blanche” pour la Corniche
Mercredi 22 avril 2009. Il est 15h. Nous sommes à la corniche de Aïn Diab. Ici, c’est le chaos total. Poussière et pots d’échappement, tumulte et klaxons assourdissants de moteurs, fils électriques découverts. Un coup d’œil sur ce site historique permet de constater  que les travaux de réaménagement entamés depuis plus de deux ans ne seront pas encore achevés et le nouveau visage de la corniche tardera toujours à se dévoiler.
A l’approche de la saison estivale, tout porte à croire qu’on s’achemine vers une deuxième année sans activité. A cause des travaux interminables, la circulation est quasiment impossible. La promenade est un vrai calvaire.
Les premières victimes sont les commerces et autres boîtes de nuit. Le chiffre d’affaires des propriétaires des échoppes a chuté de manière spectaculaire. Tout le monde pointe du doigt les responsables pour le retard dans l’accomplissement de ce projet. «Les élus doivent trouver une solution pour remédier à cette situation.
Si nous continuons à travailler à ce rythme, nous aurons tout le temps de crever, s’indigne Abdelkhalek, 41 ans, propriétaire d’un bureau de tabac situé à la corniche. Je ne comprends pas pourquoi ces travaux prennent tout ce temps alors qu’au maximum ils pouvaient être achevés  en trois mois».  Dans ce malaise, les chauffeurs des petits et grands taxis, ne sont pas pour autant épargnés. Ils ont perdu une bonne partie de leur clientèle.
En témoigne Saïd, chauffeur de petit taxi s’insurgeant contre certaines pratiques des élus. «Nous sommes conscients que les élus font semblant de travailler avec persévérance. Ils font retarder les travaux de réaménagement de la corniche pour atteindre les prochaines communales de juin 2009. C’est vraiment honteux », se lamente-t-il.
En attendant que ces fameux travaux soient achevés, les riverains, commerçants, gardiens, usagers des transports en commun, chauffeurs de taxi pointent du doigt la mauvaise gestion de la chose publique.
Par ailleurs, le retard enregistré dans la réalisation des travaux de construction a un impact négatif sur le  tourisme. Avec la vision Tourisme 2010 et les nouvelles stratégies d’urbanisme, le Conseil de la ville a été obligé de rénover la corniche de Aïn Diab.
Pour cela, on a prévu notamment la construction de résidences haut standing et d’hôtels de luxe.   Les responsables du projet à leur tour mettent en avant l’importance de doter ce site de telles infrastructures.
Pour eux, l’objectif de la réalisation de ces infrastructures c’est de réhabiliter la corniche pour la rendre davantage plus attractive et lui redonner toute ses lettres de noblesse malheureusement disparues, il y a quelques années. Espérons que ces futures ensembles touristiques et résidentiels, et les différentes échoppes de proximité et enseignes de luxe qui seront édifiés apporteront une valeur ajoutée à la corniche d’Aïn Diab. 


Tramway et RER pour bientôt

Ce n’est un secret pour personne ! Casablanca aura son tramway pour bientôt. Le Conseil de la ville de Casablanca dévoilera dans les jours qui viennent les résultats des études qu’il a menées dans le cadre d’un projet à l’horizon 2030 (Tramway, RER, Métro).
Le coup d’envoi des premiers travaux sera donné au cours de l’année. Pour le moment,  on a déjà défini  le réseau global suite à études de transport en commun en site propre (TCSP).  Et ce, dans le cadre du plan de développement urbain (PDU). 
Dans ce sens, la mairie affirme que la première phase des études s’est articulée autour de la définition du (TCSP). 
Alors que la deuxième, entièrement achevée en 2007, a concerné les études préliminaires des lignes 1 et 2 du tramway. Et enfin, la troisième phase a été réservée aux différentes  études d’avant-projet de la ligne 1 du tramway. 
Dans cette optique, il y a lieu de rappeler que le réseau tramway, composé de 4 lignes, a nécessité une enveloppe budgétaire de 45 milliards de DH. 
Le projet compte en outre une ligne métro qui s’étendra sur 21 km avec un budget global de près de 13 milliards de DH.  Signalons enfin, qu’une ligne de RER sera prochainement édifiée dans le but de relier le centre de Casablanca à Mohammedia.

Ayoub Akil
Samedi 25 Avril 2009

Lu 1384 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs