Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Grève sélective à Essaouira




Grève sélective à Essaouira
“C’est scandaleux, j’ai dû payer le double pour me déplacer depuis la commune de Meskala à Essaouira. Outre le retard causé par cette grève des autocars et une partie des grands taxis,nous avons constaté un comportement sélectif des chauffeurs quant aux destinations à prendre, je n’ai jamais vu une prise de position sélective!”, nous a déclaré un enseignant indigné par la spectaculaire hausse des   prix des grands taxis.
Les chauffeurs ont bel et bien imposé leur loi aux différentes catégories de voyageurs pris entre le marteau et l’enclume : des engagements pressants et cette grève qui n’a pas épargné  la bourse des citoyens.
M.L, chauffeur de taxi   dans la commune de Hanchane, ne se sent pas concerné par cette grève qui a paralysé certaines destinations.
Cependant, il se rallie au dossier revendicatif des syndicats. Mais le moment s’annonce  opportun pour lui de renflouer sa  caisse tarie par  une saison pluviale qui a obligé les ruraux à rester chez eux pour un bon moment! Ce comportement opportuniste est constaté chez bon nombre de chauffeurs de taxi qui ont refusé d’adhérer à cette grève faute d’encadrement.
De l’autre côté de la gare routière, tout stagne au niveau des autocars qui  se sont résignés à la décision de grève attendant des propositions meilleures de la part du ministère de l’Equipement et du Transport qu’ils accusent  d’acharnement contre les chauffeurs.
“ La stratégie du ministère est hostile aux chauffeurs à qui  on impute toute la responsabilité de la problématique de mortalité sur nos routes. C’est une question complexe liée aux infrastructures d’abord, aux modules de formation, à la corruption et au comportement des chauffeurs.
On ne peut pas régler une telle problématique en s’acharnant uniquement sur le maillon le plus faible de la chaîne!”, nous a déclaré un chauffeur d’un autocar à Essaouira.
Certaines sociétés de transport ont été obligées d’adhérer à la grève de peur d’être la cible de jets de pierres.
Deux de nos bus ont été endommagés ; des agresseurs n’hésitent pas à nous attaquer sans prendre en considération les conséquences de leurs actes que nous jugeons irresponsables, servant la terreur ! La décision de grève est un choix qu’on assume. Malheureusement, l’Etat n’a rien fait pour protéger les intérêts des non-grévistes”, affirme le chauffeur d’un autocar d’une société privée.
Effectivement, j’ai dû assister personnellement à une scène de vandalisme qui a ciblé un autocar ayant refusé de suivre le mouvement de grève de mars 2007.
A la sortie de la ville de Safi, six personnes ont attaqué le bus avec des pierres. Le chauffeur paniqué, avait failli prendre un coup en pleine figure. Un voyageur installé près de la fenêtre a été grièvement blessé à la tête.
La plainte déposée par le chauffeur auprès de services de la gendarmerie Royale à Sebt Gzoula, n’a abouti à rien, car les mystérieux avaient pris la poudre d’escampette.

Abdelali Khallad
Samedi 11 Avril 2009

Lu 687 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs