Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Washington décide d’en découdre avec Téhéran




Washington décide d’en découdre avec Téhéran
«Suite à l’application de nos sanctions,  l’Iran se battra pour préserver son économie. L’Iran sera forcé de faire un choix : se battre pour  la survie de son économie  ou dilapider ses richesses dans des luttes régionales», a déclaré Pompeo, secrétaire d’Etat américain dans un discours prononcé, lundi,  devant la Fondation Conservative Heritage à Washington.
L’administration de Trump a ainsi déclaré une guerre  commerciale à outrance  contre l’Iran. Dans son discours, Mike Pompeo  a, en effet, menacé la république islamique «de sanctions financières les plus drastiques de l’histoire», sauf si celle-ci renonce à toutes ses activités nucléaires, à son programme de missiles balistiques, ainsi qu’au soutien de ses alliés régionaux. Un discours où prédominait la rhétorique de la menace.
Pompeo a aussi  déclaré  que les Etats-Unis  vont collaborer avec leurs partenaires internationaux pour prévenir «les agressions iraniennes»  et « défendre le peuple iranien».                                                                                                                                
Son intervention survient des semaines après que Trump a annoncé de sortir  de l’accord iranien et ordonné la réimposition de sanctions à ce pays.  Les entreprises investissant en Iran ont eu droit à un délai de six mois tout au plus pour cesser toutes leurs activités en Iran ou bien  elles feront l’objet de sanctions elles aussi.                                                                                                   
La liste des demandes de Pompeo  pour la république  islamique est assez longue. Elle contient douze demandes : mettre fin à son programme de missiles balistiques, arrêter tout soutien aux groupes terroristes comme le Hezbollah et  cesser ses activités dans la région notamment en Irak et en Syrie.                                                                                                              
Le contenu des demandes coïncidait avec ce que les critiques du deal iranien lui ont toujours reproché.                                                                                                   
Plusieurs éléments cités par Pompeo faisaient partie  des critiques adressées le 30 avril  dernier à l’Iran par le  premier ministre israélien Netanyahu qui avait notamment accusé Téhéran d’avoir menti à propos de son programme nucléaire.
L’Iran  a déclaré vouloir respecter ses engagements tant que les autres  pays signataires garantiront les investissements qui vont relancer son économie. Les pays signataires de l’accord avec Téhéran tels que la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne ont déclaré vouloir le respecter tout comme la Chine et la Russie. La semaine dernière la commission européenne a déclaré vouloir adopter  de nouvelles règlementations et mesures pour aider les entreprises européennes  sanctionnées et alléger ainsi le poids de ces sanctions.
 Cependant, il faut préciser que les sanctions appliquées aux entreprises  vont signifier  que celles-ci se verront dans l’incapacité d’avoir des activités commerciales avec les Etas Unis et perdre ainsi l’accès  au système financier américain, c’est-à-dire, choisir de faire du commerce aux Etats-Unis, un pays dont l’économie compte 18 trillions de dollars, ou l’Iran dont l’économie compte 400 billions de dollars, le choix qui s’impose est assez évident…
 L’incapacité des pays européens à faire poids alimente la tendance «isolationniste»  américaine. Angela Merkel, chancelière allemande, l’a résumée dans une phrase : «l’Europe doit prendre son destin en main».

Hayat El Yacoubi Stagiaire
Jeudi 24 Mai 2018

Lu 899 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.