Libération

Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vernissage à Tanger de l’ exposition hommage à feu Ahmed Al Barrak





Le vernissage de l’exposition hommage à l’artiste-peintre feu Ahmed Al Barrak a eu lieu, dimanche à la MedinaArtGallery deTanger, l’occasion de découvrir une grande rétrospective retraçant les diverses facettes de son œuvre. Cette exposition, tenue à l’occasion du premier anniversaire du décès d’Ahmed Al Barrak, donne à voir plus de 20 tableaux peints avec différentes techniques, invitant les visiteurs à un voyage à traversle temps et la mémoire. Plasticien aux multiplestalents,feuAhmedAl Barrak a employé dans sestoiles deslignes contrôlées ou dynamiques, et des nuances de couleur contrastées, parfoissombres et lumineuses dans d’autres cas, offrant aux visiteurs une immersion dans unmonde empreint de beauté et de sérénité, dansle cadre de cette exposition exceptionnelle, qui se poursuivra jusqu’au 10 février. L’ouverture de l’exposition, qui s’est tenue avec un nombre limité d’invités conformément aux mesures sanitaires préconisées pour contenirla propagation de la pandémie de la Covid-19, a été marquée par la présentation d’un beau livre, intitulé “Ahmed Al Barrak, le peintre de lamémoire”, qui comprend des photos du regretté artiste et de ses oeuvres, ainsi que des articlestraitant des différentes étapes de son riche parcours artistique, écrits par Mohamed Ameskane, Mohamed Métalsi, Khalil M’Rabet, Omar Salhi, et la femme du défunt, Hafida Aouchar. “Nous célébrons aujourd’hui les oeuvres d’un artiste hors-pair ayant marqué la scène artistique marocaine, à travers ses créations qui touchent à plusieurs domaines de l’art plastique, en plus d’être un professeur qui a veillé, tout au long de son parcours artistique distingué, à transmettre son savoir aux étudiants”, a déclaré à la MAP M. Ameskane. L’écrivain a assuré que feuAhmedAl Barrak “était un homme discret qui a travaillé dans le silence, et maintenant nous découvrons, peut-être pour la première fois, un ensemble de ses œuvres qui retracent les différentes étapes de son parcours artistique”, notant que cette exposition est organisée à l’initiative de la Medina Art Gallery, avec la contribution active de MmeAouchar. M. Ameskane a, à cet égard, souligné la parution d’un livre d’art qui célèbre ce créateur, relevant que cette oeuvre comprend des photos personnelles du défunt artiste et de ses tableaux exposés dans la galerie, ainsi que des articles signés par des experts dans le domaine artistique, dont Mohamed Métalsi, Khalil M’Rabet et Hafida Aouchar. Pour sa part, le directeur de la Medina Art Gallery, Omar Salhi, a indiqué que la scène artistique marocaine a perdu un grand artiste,raison pour laquelle il a été décidé d’organiser cet événement pour rendre hommage à ses oeuvres, soulignant que les toiles exposées dépassent les 20 oeuvres, sachant que d’autres tableaux n’ont pas pu être exposésfaute d’espace. “Malgré la diversité desstyles, la variété dessujets qu’il a traités et les différentes méthodes d’exécution qu’il a pu employer, Al Barrak a su préserver l’unité de sa personnalité artistique. Cela tient à sa capacité à réutiliser une trèslarge gamme de symboles et de motifs pris dans l’univers visuel de son environnement, au moyen d’une vision nouvelle”, a écrit M. Métalsi dans le livre. De son côté, Khalil M’Rabet a précisé que “la peinture d’Ahmed Al Barrak subit plusieurs mutations comme le soulignent lesséries de toiles”, notant qu’elle “donne à réfléchir au passé et au présent d’une culture vivante, perturbe le banal et le transfigure”. Né en 1952 à Tétouan, Ahmed Al Barrak y poursuitses études primaires avant de débarquer à Tanger à l’âge de 12 ans. Après l’obtention de son diplôme de technicien, il intègre leCentre pédagogique régional de Rabat d’où ilsort diplômé en 1975. Il enseigne alors dans le premier cycle, puisil estreçu au concours d’entrée auCycle Spécial de Rabat en 1979.Il enseigne parla suite dans le second cycle et continue de suivre diversstages au Maroc et à l’étranger pour parfaire ses techniques pédagogiques. Ahmed Al Barrak est décédé le 10 janvier 2020 à Tanger, léguant une œuvre qui témoigne d’une vie riche et passionnée.

Libé
Lundi 11 Janvier 2021

Lu 632 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.