Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Veillée d'armes en France avant la semaine de tous les dangers




Veillée d'armes à Matignon: le gouvernement devait se retrouver au grand complet hier autour du Premier ministre Edouard Philippe pour accorder ses violons sur la très contestée réforme des retraites qui risque de paralyser le pays à partir de jeudi.
Depuis plusieurs jours, l'exécutif multiplie les réunions pour établir une ligne de défense autour de cette réforme emblématique visant à instaurer un régime de retraites universel et à supprimer les régimes spéciaux.
Le sujet, explosif en France, avait provoqué en 1995 un mouvement social sans précédent qui avait paralysé le pays pendant un mois et contraint le gouvernement à renoncer à sa réforme.
Jeudi s'annonce déjà comme une journée noire, particulièrement dans les transports ferroviaire, routier et métropolitain, où les syndicats ont appelé à un mouvement illimité. La grève devrait être également suivie chez les contrôleurs aériens, les enseignants, les avocats, les éboueurs, le secteur de l'énergie...
«Je pense qu'il y aura une mobilisation forte des organisations syndicales et un risque de blocage à la RATP et à la SNCF», les transports parisiens et la compagnie ferroviaire nationale, a concédé le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, avant de répéter que le gouvernement ne reculerait pas.
«Nous n'échouerons pas, la réforme se fera», a renchéri le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin dans le Journal du Dimanche.
Vendredi, plusieurs ministres se sont rencontrés à Matignon pour passer en revue les plans de continuité des services publics en cas de blocage du pays: organisation des transports, accueil dans les écoles et les hôpitaux, télétravail...
Dimanche après-midi, l'exécutif travaillera de nouveau «à la mobilisation complète de l'Etat pour limiter au maximum l'impact de la grève pour les Français», selon l'entourage du Premier ministre Edouard Philippe.
Le gouvernement craint que la mobilisation s'étende au-delà de quelques catégories et vire à la crise sociale d'ampleur. Et envisage avec une certaine angoisse la journée d'action des «gilets jaunes» prévue le samedi 7 décembre, un an pile après le pic de violence de leur mouvement.
Jeudi, plus de 150 manifestations sont prévues, dont une à Paris dans l'après-midi.

 

Libé
Lundi 2 Décembre 2019

Lu 788 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif












Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com