Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Valorisation du cactus local à Sidi Ifni




Valorisation du cactus local à Sidi Ifni
L’Assemblée provinciale de Sidi Ifni a abrité, mercredi, une rencontre de communication avec les producteurs locaux de cactus, dont des coopératives, des associations et des agriculteurs.
La rencontre de communication, qui a été initiée par l’organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) au Maroc, s’inscrit dans le sillage du Projet d’accès aux marchés des produits agroalimentaires et de terroir (PAMPAT) qui est réalisé dans le cadre d’une convention de partenariat entre le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts et le programme de coopération internationale suisse, indique un communiqué l’Assemblée provinciale Le projet, qui a été lancé en 2013 au niveau de la province, vise à réaliser des recherches de terrain en matière de valorisation et de commercialisation du cactus, et à encadrer les agriculteurs et les accompagner (licence de santé, indication géographique protégée ( IGP), comme appellation “Cactus Aït Baâmrane”) en vue d’améliorer la qualité de ce produit et d’en garantir l’accès aux marchés nationaux et internationaux.
La rencontre, qui a connu la présence du gouverneur de la province de Sidi Ifni, du coordinateur national du PAMPAT, du directeur régional de l’agriculture de Guelmim-Oued Noun, du président de la Chambre d’agriculture de la région, a été marquée par la présentation d’exposés sur les techniques de production des fruits du cactus et la sensibilisation des organisations agricoles de la province en faveur de l’usage des IGP, un levier essentiel du développement socio-économique de la région.
La culture du cactus au niveau de la province de Sidi Ifni occupe une superficie globale de 50.000 hectares dont 80% dans les communes Sbouya et Mesti. La production annuelle de ce fruit atteint 280 mille tonnes.
La part de production du cactus de Sidi Ifni destinée à la commercialisation au niveau national s’élève à 60% tandis que la consommation locale se chiffre à 4% avec des pertes atteignant 36% de la production.

Samedi 13 Mai 2017

Lu 1176 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés