Valentino Rossi. La légende moto à l'assaut d'un monument du sport auto


Libé
Samedi 15 Juin 2024

Valentino Rossi. La légende moto à l'assaut d'un monument du sport auto
Une légende de la moto à l'assaut d'un monument du sport auto: l'Italien Valentino Rossi, multiple champion du monde de motocyclisme reconverti en pilote automobile, va découvrir ce week-end les 24 Heures du Mans, "la course la plus prestigieuse au monde" selon lui.
Quand j'ai commencé le sport auto, participer aux 24 Heures du Mans était mon premier objectif car c'est la course la plus prestigieuse au monde. L'an dernier, j'ai pu découvrir le circuit et j'ai beaucoup aimé. C'est un honneur de pouvoir disputer les 24 Heures du Mans 
Le Transalpin de 45 ans, engagé à plein temps cette saison en championnat du monde d'endurance (WEC) dans la catégorie LMGT3 avec une BWM de l'équipe belge WRT, sera l'une des attractions de la 92e édition des 24 Heures sur le circuit de la Sarthe.

Septuple champion du monde dans la catégorie reine en moto (une fois en 500cc et six fois en MotoGP), Rossi continue d'attirer les foules qui veulent désormais le voir piloter sa voiture N.46 mais il ne vient pas au Mans, où il rêvait de piloter depuis qu'il s'est reconverti dans l'automobile en 2022, pour faire de la figuration.

"Quand j'ai commencé le sport auto, participer aux 24 Heures du Mans était mon premier objectif car c'est la course la plus prestigieuse au monde. L'an dernier j'ai pu découvrir le circuit et j'ai beaucoup aimé. C'est un honneur de pouvoir disputer les 24 Heures du Mans", a-t-il déclaré à l'AFP le mois dernier.
Rossi, qui avait commencé les sports mécaniques par le karting quand il était jeune, a essayé plusieurs types de voitures avant de choisir la catégorie GT 
Cette reconversion, l'Italien y avait réfléchi bien avant de terminer sa carrière en MotoGP fin 2021.

"J'ai toujours su que je voudrais piloter des voitures après ma carrière en moto. J'ai toujours essayé de garder du temps pour pouvoir piloter des voitures. Evidemment, le MotoGP était ma priorité, mais je savais qu'ensuite je ferais des courses automobiles", explique +Le Docteur+, surnom hérité de son parcours en MotoGP.
Rossi, qui avait commencé les sports mécaniques par le karting quand il était jeune, a essayé plusieurs types de voitures avant de choisir la catégorie GT.

"J'ai fait du rallye et aussi d'autres catégories, et je me suis rendu compte que le GT3 était la meilleure option pour moi. On a alors discuté avec plusieurs constructeurs et quand j'ai parlé à Vincent Vosse, le patron de WRT, c'est celui qui m'a témoigné le plus de confiance et courir pour lui était vraiment le bon choix", se félicite-t-il.
L'équipe belge a en effet accueilli Rossi a bras ouverts et a cru en lui dès le début, jusqu'à lui offrir un baquet à plein temps en WEC cette année pour sa troisième saison en auto.

"Il est assez prudent à la base, il met du temps à faire confiance et avec nous, ça s'est très bien passé. On a eu un très bon contact dès le début et il a rapidement vu les valeurs de notre équipe. Et dès les premiers essais, on s'est rendu compte qu'il était très rapide", se souvient Vincent Vosse.
S'il va découvrir les 24 Heures du Mans, Rossi a toutefois déjà participé à des courses aussi longues donc il sait à quoi s'attendre.

"J'aime beaucoup les courses de 24 heures, j'en ai déjà fait trois donc je n'ai aucune appréhension. Mais pour gagner au Mans, il faudrait que tout se passe à la perfection", fait valoir l'Italien, classé dans la catégorie de pilotes Silver, située en-dessous de Platinium mais au-dessus de Bronze.
Troisième pour sa première course en WEC au Qatar début mars puis deuxième à Po (Italie) mi-avril, Rossi peut viser le podium dans la Sarthe.

"Je n'ai pas été surpris par ses performances, je m'y attendais car je sais qu'il est capable d'être au niveau des meilleurs. C'est très difficile de comparer Valentino, il y a peu de pilotes de 45 ans qui roulent aujourd'hui et son niveau de pilotage est exceptionnel alors qu'il a commencé seulement en 2022", estime Vosse auprès de l'AFP.
Le patron de l'équipe WRT loue, par ailleurs, les qualités humaines de Rossi, qui s'est parfaitement intégré dans son équipe.

"Tout le monde est séduit par le personnage et sa personnalité, il n'agit pas du tout comme une star dans l'équipe, souligne-t-il. Avec ses ingénieurs et ses mécaniciens, il est adorable, très humain, très humble, consciencieux et très travailleur. C'est vraiment quelqu'un de bien."


Lu 1326 fois


Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >





services