Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une organisation espagnole accuse officiellement les séparatistes d’exploiter les enfants à des fins politiques




Le  «Forum canario-sahraoui », une ONG espagnole dont le siège est situé aux Iles Canaries, a dénoncé l’exploitation immorale des enfants par le Polisario à des fins politiques pendant les vacances d’été où ils sont accueillis par des familles espagnoles.
Le forum a condamné l’utilisation des enfants par le Polisario dès les premiers jours de leur arrivée dans les différentes régions d’Espagne dans des marches et manifestations  au cours desquelles ils portent des bannières et scandent des slogans politiques en leur faisant croire qu’ils participent à des marches festives.
Dans ce contexte, ladite ONG a également précisé que des familles d’accueil avaient emmené des enfants dans un  jardin  à Las Palmas pour assister à un festival destiné, en principe, aux jeux d’enfants. Mais ledit festival s’est avéré être une rencontre politique du Polisario. Toujours selon le Forum, des enfants provenant des camps avaient été forcés à conduire une marche de propagande du Polisario à Séville.
Le Forum a, par ailleurs, condamné avec force cette exploitation obscène et immorale des enfants, qualifiant ce fait de crime et de violation grave des droits des mineurs. Il a également condamné l’implication de certaines familles espagnoles dans cette stratégie du Polisario.
A noter que le programme de ce que le Polisario appelle «  Vacances pour la paix » comprend l’envoi d’enfants des camps de Tindouf dans des pays où il compte un certain nombre de sympathisants au sein de la société civile. Les accompagnateurs des enfants n’hésitent pas à transformer ces camps d’été en campagne de propagande et  de mendicité pour collecter des fonds.
Mais ce qui est plus grave, c’est que certains de ces enfants ne retournent jamais aux camps à la fin de leurs vacances. Ce fut notamment le cas d’El-Kory Ali El-Khalil, né en 1994 dans le camp d’El Ayoune, près de Tindouf et qui l’avait quitté en 2002, dans le cadre d’un soi-disant camp d’été et qui n’y est jamais revenu. Après quinze ans d’attente, sa famille, s’est résolue à contacter la presse pour tenter de retrouver son enfant.  
A.E.K.

Libé
Lundi 24 Juillet 2017

Lu 686 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés