Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une édition numérique pour le Festival maghrébin du film d’Oujda




La neuvième édition du festival maghrébin du film d’Oujda se tiendra en ligne, sur les plateformes numériques et les pages des réseaux sociaux des organisateurs, et ce du 25 au 29 novembre prochain.

Selon un communiqué de l’association Ciné-Maghreb, organisatrice de cet évènement, le format digital choisi pour cette édition, placée sous le thème “Oujda, Carrefour du Cinéma Maghrébin”, permettra une rencontre virtuelle avec un large public des pays du Grand Maghreb et au-delà.

Le communiqué indique que les membres de l’association ont consulté les institutions concernées et ont décidé, en concertation avec les amis du festival aux quatre coins du monde, d’organiser cette manifestation de manière virtuelle, «afin de contribuer à l’animation de la scène artistique maghrébine et au renforcement des liens entre les peuples et les cultures».

En plus de la compétition officielle virtuelle des longs et courts métrages, le programme de cette édition porte sur l’organisation d’ateliers numériques sur les métiers du Cinéma, de colloques, de rencontres, ainsi que des Master Class à distance dans le domaine du 7ème art.

Par ailleurs, la direction du festival appelle tous les réalisateurs et producteurs ayant présenté des demandes de participation à l’édition présentielle, qui était prévue du 30 mai au 03 juin derniers 2020, à confirmer leur participation à la nouvelle formule virtuelle. Les organisateurs ont aussi annoncé l’ouverture d’une nouvelle période d’inscription qui prendra fin le 10 novembre 2020 pour les éventuelles demandes de participation.

Conditions de l’artiste

L’organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Uneso) célèbre cette année le 40e anniversaire de la recommandation de 1980 relative à la condition de l’artiste qui appelle les Etats membres à améliorer la condition économique, sociale, et professionnelle des artistes en mettant en oeuvre des politiques et dispositions ayant trait à la sécurité sociale, au revenu, à la mobilité et à la liberté d’expression. Cette recommandation reconnait également le droit des artistes à constituer des organisations syndicales ou professionnelles pouvant les représenter et défendre leurs intérêts.

Libé
Vendredi 23 Octobre 2020

Lu 429 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.