Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une condamnation à mort prononcée à Tanger pour le meurtre d' un enfant




La Chambre criminelle de premier degré près la Cour d'appel de Tanger a condamné, mardi après-midi à la peine de mort, un couple poursuivi pour homicide volontaire et mutilation du corps du fils mineur du mari. Le juge, après avoir entendu les plaidoiries des avocats des deux accusés et de la victime, et le réquisitoire du représentant du parquet, a prononcé le verdict assorti d'une indemnité de 500.000 dirhams au profit de la famille de la victime devant être payée solidairement par les deux condamnés, en plus d'une indemnité d'un dirham symbolique au profit de l'Observatoire national des droits de l'enfant, qui s'est constitué partie civile dans cette affaire. Les chefs d'accusation retenus contre les deux criminels sont l'homicide volontaire avec préméditation, l'emploi d'actes de barbarie à l'encontre des descendants et la mutilation du cadavre, et ce conformément aux articles 392 et 399 du Code pénal marocain. Les faits remontent au mois de novembre de l'an dernier, quand des parties du corps sans vie d'un enfant de sexe masculin, avaient été retrouvées dans une décharge à Larache. Les recherches et investigations ont permis l'identification de la victime âgée de 7 ans, tandis que les opérations de fouille ont permis de trouver le reste du cadavre dans un frigo au domicile familial. Les enquêteurs avaient suspecté l'implication du père et de la belle-mère de la victime dans cet acte criminel perpétré au sein du domicile familial, la victime ayant été étranglée puis son cadavre mutilé.

Libé
Mercredi 30 Septembre 2020

Lu 372 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 26 Novembre 2020 - 17:13 Trois cliniques sanctionnées