Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une centaine de cas de suffocation après une attaque aux "gaz toxiques" à Alep




Une centaine de cas de suffocation ont été rapportés après une attaque aux "gaz toxiques" en Syrie dans la métropole d'Alep, selon un nouveau bilan fourni dans la nuit par les médias d'Etat qui ont accusé les insurgés.
Le Front national de libération, l'alliance rebelle la plus importante présente dans les provinces d'Alep et d'Idleb (nord-ouest), a démenti toute implication.
Citant des "sources médicales", l'agence officielle Sana a rapporté dans la nuit de samedi à dimanche "107 cas de suffocation", après un premier bilan d'une cinquantaine de blessés. De son côté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a rapporté "94 cas de suffocation".
Samedi soir, un photographe de l'AFP à Alep a pu voir arriver dans un hôpital des dizaines de civils ayant du mal à respirer, principalement des femmes et des enfants, qui ont été soignés à l'aide de masques à oxygène.
Cité par Sana, le chef de la police d'Alep, Essam al-Chili, indique que "les groupes terroristes ont visé les quartiers résidentiels de la ville avec des roquettes contenant des gaz toxiques, entraînant des cas de suffocation parmi les civils" samedi soir.
"Nous démentons les allégations mensongères du régime sur une attaque contre Alep qui aurait été menée par les révolutionnaires à l'aide de projectiles, encore plus à l'aide de projectiles contenant du gaz de chlore", a indiqué dans un communiqué le porte-parole de la coalition rebelle du Front national de libération, Naji Moustapha.
"Les hôpitaux ont reçu 94 cas de suffocation", a indiqué de son côté à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. "Ils ont été soignés et la majorité sont sortis. Il y a toujours 31 cas dans les hôpitaux mais leur état n'est pas critique", a-t-il souligné.
Les sources de l'Observatoire ont évoqué une "odeur de gaz de chlore", selon M. Abdel Rahmane.
Samedi soir, un responsable de la santé dans la ville d'Alep avait évoqué une "possible" utilisation de "gaz de chlore".
Depuis fin 2016, Alep, la grande métropole du nord syrien, est sous le contrôle total du pouvoir de Bachar al-Assad.
Mais des secteurs à la périphérie ouest de la ville sont tenus par des groupes rebelles et jihadistes, qui contrôlent la province voisine d'Idleb, ultime grand bastion insurgé de Syrie.
Par ailleurs, au moins 47 combattants d'une force kurdo-arabe soutenue par la coalition antijihadistes emmenée par Washington ont été tués vendredi et samedi dans des contre-attaques du groupe Etat islamique (EI) dans l'est de la Syrie, selon une ONG.
Les Forces démocratiques syriennes (FDS) mènent depuis septembre une offensive contre un ultime réduit de l'EI dans l'est syrien, mais leur progression est ralentie par le mauvais temps, qui entrave aussi les raids aériens de la coalition internationale.
Les jihadistes offrent une résistance farouche dans cette poche située non loin de la frontière irakienne et lancent régulièrement des contre-attaques meurtrières pour défendre leur petit territoire dans ce secteur de la province de Deir Ezzor.
Vendredi et samedi, ils ont visé plusieurs positions des FDS, tuant 47 combattants, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
"Samedi à l'aube, ils ont lancé trois assauts distincts", a précisé à l'AFP le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane.
Les attaques ont visé selon lui les villages d'Al-Bahra et de Gharanij, mais aussi un secteur près du champ pétrolier d'Al-Tanak, en état d'activité mais aussi utilisé comme position militaire par les FDS.
Rien que samedi, 29 combattants des FDS ont été tués, selon M. Abdel Rahmane. Il précise qu'en deux jours d'affrontements, 39 jihadistes ont péri.

Libé
Lundi 26 Novembre 2018

Lu 519 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com