Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une Britannique accuse un ministre émirati d'agression sexuelle




Une Britannique, qui organisait un festival littéraire aux Emirats arabes unis, affirme dimanche dans le journal The Sunday Times avoir été agressée sexuellement en février à Abou Dhabi par le ministre émirati de la Tolérance, qui a démenti. Interrogée par l'AFP, la police britannique a expliqué avoir été contactée le 3 juillet par une femme "pour signaler un viol". Elle a été entendue pour "cette infraction qui aurait eu lieu en février 2020 (...) en dehors du Royaume-Uni", a-t-elle précisé. Le Sunday Times relaie dans le détail le témoignage de cette femme, Caitlin McNamara, 32 ans, qui préparait le lancement du festival littéraire Hay aux Emirats arabes unis. SMS et relevés téléphoniques à l'appui, elle affirme avoir été conduite, le soir du 14 février, dans une luxueuse villa où l'attendait Moubarak al-Nahyane, 69 ans, ministre de la Tolérance et membre de la richissime famille royale régnante d'Abou Dhabi. Elle pensait y parler de l'organisation du festival, auquel devaient participer de grands noms de la littérature. Mais selon elle, le cheikh a rapidement commencé à lui infliger des attouchements avant de l'agresser sexuellement sur un lit où il l'avait poussée. Sollicité pour un commentaire par l'AFP, le ministère émirati n'a pas donné suite. Cité par le Sunday Times, le cabinet d'avocats Schillings, qui représente le ministre, a "démenti". "Notre client est surpris et attristé par cette accusation, qui survient huit mois après l'incident présumé et par l'intermédiaire d'un journal national", at-il ajouté. Caitlin McNamara explique être finalement parvenue à se dégager et à regagner son hôtel avant de fuir vers Dubaï, mais avoir reçu, dans les jours qui ont suivi, de nombreux SMS et appels de la part du ministre. A Dubaï, elle a signalé les faits aux services consulaires britanniques le 16 février. Elle est ensuite partie à Oman avant de rentrer à Londres début mars. Dans une déclaration transmise à l'AFP, la présidente du festival Hay, Caroline Michel, a estimé que l'agression présumée constituait "un odieux abus de confiance". "Comme nous l'avons fait dès le départ, nous apportons tout notre soutien et notre assistance à Caitlin pour que son affaire soit portée devant la justice et que justice lui soit rendue", a-t-elle ajouté, soulignant que le festival ne retournera pas à Abou Dhabi "tant qu'il restera en poste". 

Libé
Lundi 19 Octobre 2020

Lu 274 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Novembre 2020 - 17:05 L'Inde produira une partie du vaccin russe