Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un nouveau roman qui retrace la vie du parrain de la résistance casablancaise Brahim Roudani



Sahraoui Faquihi est un homme passionné de l’histoire de son pays. Notamment celle de la résistance. Un amour qu’il assume et qu’il exprime en investissant le roman, la traduction et l’essai.

Après l’«Histoire militaire de la Chaouia depuis 1894» et «Les annales de l’occupation de Chaouia», il revient avec un nouveau roman intitulé « Mensonge, mensonge et mensonge » dont le héros n’est autre que Brahim Roudani, l’une des figures de proue de la résistance disparu il y a 46 ans suite à un lâche attentat.

Le livre retrace la vie de Brahim Roudani à Casablanca durant les années où il devient le parrain de la résistance casablancaise. Ce dernier a été connu par son activisme et son engagement patriotique en mettant à la disposition du mouvement de résistance, armes et argent afin de les aider à combattre l’occupant. Son domicile situé à Derb Lihoudi a servi de point de rencontre entre les patriotes de l’époque et plusieurs actions de la résistance armée ont été conçues chez lui. Enseignant de français et traducteur assermenté au sein du ministère de la Justice, Sahraoui Faquihi a, à cœur, de faire revivre la mémoire de la région de la Chaouia et de s’arrêter sur la résistance acharnée des tribus de Mdakkra contre les troupes militaires françaises.

Le livre original retrace l’histoire de l’occupation de la Chaouia et les régions mitoyennes entre 1894 et 1907 à travers les opérations militaires menées par les armées françaises. Un travail que Sahraoui Faquihi ne qualifie pas d’historique puisqu’il ne se base pas, selon lui, sur un vrai travail d’historien et ne répond pas aux critères de l’écriture historique.

Par ce nouveau roman historique, Sahraoui Faquihi revisite l’histoire de la résistance au Maroc d’autant qu’aau lendemain de l’indépendance, les historiens se sont penchés sur la réaction des Marocains à l’encontre des colons. Ils ont étudié certains aspects de la résistance ; mais ont souvent négligé les aspects culturels qui ont accompagné ces guerres.

H.B

Braderie musicale

Un nouveau roman qui retrace la vie du parrain de la résistance casablancaise Brahim Roudani
La première braderie musicale “Souk l’Oustouwanat” (marché à disques) se tiendra le 12 juin au cinéma Renaissance de Rabat, à l’occasion du “Disquaire Day”, Journée internationale célébrant les disquaires indépendants et grande fête du vinyle. Initiée par la Fondation Hiba, cette première édition a pour objectif de créer une émulation et d’encourager la rencontre des collectionneurs de disques vinyles et les audiophiles, précisent les organisateurs, notant qu’un appel à participation a été lancé pour repérer ces disquaires et collectionneurs à travers le Maroc. La braderie aura une thématique musicale où amateurs de tous objets culturels pourront exposer ou mettre en vente leurs produits, à savoir : Vinyles, CDs, tourne-disques, baffles, bandes dessinées, posters de films ou de concerts et tee-shirts de groupes musicaux. En retrouvant le chemin de leurs disquaires de quartier, nombre d’amateurs de musique ont renoué avec le plaisir du disque physique et la notion d’achat de bien culturel, indique la Fondation dans un communiqué, notant qu’en cette période de restriction marquée par la pandémie mondiale, “Souk l’Oustouwanat” promet d’être le moment privilégié où les amateurs de musique et l’ensemble de la filière musicale se retrouveront.

Libé
Dimanche 13 Juin 2021

Lu 400 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS