Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un mort et 31 Casques bleus blessés en RDC

La Monusco y est présente depuis 1999 et y déploie près de 20.000 hommes




Une fillette a été tuée et 31 Casques bleus indiens ont été blessés mardi dans l'explosion d'une grenade à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu dans l'est de la République démocratique du Congo, a annoncé l'ONU.
Ce matin, alors que des Casques bleus du "contingent indien" faisaient du sport dans le quartier Kyshero, "une grenade a explosé et a causé la mort d'une fillette d'environ 8 ans que nous regrettons", "un autre civil a été blessé" ainsi que "31 Casques bleus", a déclaré à l'AFP Bilamekaso Tchagbele, chef de l'information publique de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco) dans le Nord-Kivu.
Abdoul Bikulo, responsable du quartier Kyshero (ouest de Goma) a confirmé à l'AFP la mort d'"une écolière" dans l'explosion de cette grenade.
Selon Bilamekaso Tchagbele, tous les blessés ont été acheminés à l'hôpital de la Monusco. "Une enquête est ouverte pour déterminer d'où est venue la grenade", a-t-il ajouté.
La Monusco est présente en RDC depuis 1999 et déploie près de 20.000 hommes en uniforme, dont la mission est essentiellement axée sur la protection des populations civiles.
Le mandat des Casques bleus a été considérablement renforcé au fil des années. Depuis 2013, ils ont pour mission de neutraliser les différents groupes armés nationaux et étrangers qui sévissent dans l'est de la RDC et sont autorisés pour ce faire à recourir à la force de manière offensive.
Mais, en dépit des efforts de stabilisation déployés par la communauté internationale et les autorités congolaises, l'est congolais, en particulier le Kivu, reste ravagé par la violence depuis la fin de la deuxième guerre du Congo (1998-2003).
Par ailleurs, huit personnes ont été tuées et huit autres blessées lundi dans une attaque attribuée à une milice congolaise d'autodéfense dans l'est de la République démocratique du Congo, selon un responsable de l'administration locale.
"Les Maï-Maï ont fait une incursion dans le village de Butalika, (ils) ont tué huit personnes et en ont blessé huit autres" aux premières heures de lundi, a déclaré à l'AFP Joy Bokele, administrateur du territoire de Lubero où a eu lieu l'attaque.
"Parmi les personnes tuées, sept sont hutu et un est nande", deux ethnies de la province du Nord-Kivu, où couve un conflit récurrent depuis plusieurs mois.
M. Bokele n'a pas déterminé l'appartenance ethnique du groupe maï-maï responsable de l'attaque. Les Maï-Maï sont des milices locales d'autodéfense, souvent constituées sur une base ethnique.
"Les civils tués l'ont été de manière ciblée", selon le Centre d'étude pour la promotion de la paix, la démocratie et les droits de l'Homme (Cepadho, une ONG basée au Nord-Kivu), qui avance un bilan de 7 morts.
"La plupart des morts étaient identifiés par leurs bourreaux comme membres de la communauté hutu ou assimilés", indique l'ONG.
Le village de Butalika est situé dans le territoire de Lubero, dans le nord de la province troublée du Nord-Kivu.
Constitués dans les années 1990, les milices Maï-Maï étaient initialement des groupes locaux d'autodéfense progouvernementaux.
Aujourd'hui, certains d'entre eux figurent parmi les dizaines de groupes armés qui sévissent dans l'Est, région instable depuis plus de vingt ans.

Mercredi 9 Novembre 2016

Lu 159 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés