Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un membre du gouvernement autonome de Catalogne arrêté par la police

Les séparatistes sont majoritaires en sièges au Parlement catalan depuis septembre 2015




 La garde civile espagnole a arrêté mercredi le bras droit du vice-président du gouvernement de Catalogne et perquisitionné au siège de l'exécutif régional, des enquêtes tous azimuts étant menées pour empêcher la tenue d'un référendum d'autodétermination interdit le 1er octobre.
"La police militaire espagnole (sic) est entrée dans les bureaux du gouvernement de Catalogne", a annoncé vers 8H30 (locales, 06H30 GMT) un porte-parole du gouvernement catalan, évoquant les départements des Affaires économiques, des Affaires extérieures et la présidence de la région.
Une source proche de l'enquête a confirmé à l'AFP que cette opération était en cours, sans autre commentaire.
Les forces de l'ordre ont ensuite arrêté le bras droit du vice-président catalan Oriol Junqueras, en charge de l'Economie et en première ligne pour l'organisation du référendum interdit.
Il s'agit de Josep Maria Jove, secrétaire général de la vice-présidence, a confirmé une source du département d'Economie de l'exécutif catalan.
Les motifs de l'arrestation n'ont pas été annoncés. Mais Madrid avait prévenu les dirigeants et fonctionnaires catalans qu'ils ne pouvaient pas coopérer à l'organisation du "scrutin illégal" du 1er octobre.
La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre dans les rangs des militants indépendantistes qui ont commencé à affluer aux abords du siège du département d'Economie.
Vers 10h00 (8h00 GMT), plusieurs centaines de manifestants étaient massés devant le bâtiment. "Les forces d'occupation dehors!", criaient certains.
"Nous voterons pour être libres", lisait-on sur des pancartes.
"Je suis si indignée que j'ai décidé de venir ici", a déclaré à l'AFP une manifestante, Anna Sola, 45 ans. "On attaque nos institutions.... Le 1er octobre je compte voter, s'il le faut nous nous lèverons à 5H00, nous irons au bureau de vote et, comme aujourd'hui: qu'on nous déloge!".
De très vifs échanges ont aussi eu lieu au Parlement espagnol. Les députés catalans du parti PDeCAT (conservateur indépendantiste) du président de la région Carles Puigdemont ont quitté l'hémicycle.
"Retirez vos mains sales des institutions de Catalogne", a lancé au chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy le député Gabriel Rufian du parti indépendantiste de gauche ERC (Gauche républicaine de Catalogne).
"La volonté du peuple de Catalogne ne peut être arrêtée", a-t-il aussi tonné, ajoutant: "Et maintenant nous partons pour soutenir nos amis!".
Les députés ont ensuite quitté le Parlement, certains dénonçant l'arrestation de "plusieurs responsables du gouvernement" catalan.
Mariano Rajoy avait auparavant assuré qu'il ne faisait que "son devoir". "Il s'agit d'une opération judiciaire qui est faite pour faire respecter la loi", a-t-il insisté.
Ces perquisitions et arrestations interviennent alors que les opérations de police se sont intensifiées depuis le week-end, avec la multiplication de saisies de matériel électoral, notamment des affiches et de la propagande électorale.
Mardi la garde civile s'est félicitée d'avoir saisi 45.000 convocations destinées aux assesseurs des bureaux de vote qui doivent être en place pour le référendum, convoqué unilatéralement par la région.
Selon un communiqué de la garde civile diffusé mardi soir, cela représente "80% des convocations nécessaires" pour doter les bureaux des assesseurs nécessaires.
Ces saisies sont intervenues dans plusieurs locaux de l'entreprise de courrier privé Unipost, selon la même source.
A Terrassa, à 28 km au nord-ouest de Barcelone, des militants indépendantistes s'étaient postés devant les bureaux de cette entreprise, en tentant de bloquer l'accès au représentant de la justice qui venait délivrer un ordre de perquisition. Ils ont finalement été délogés par la police.
En parallèle, le ministère du Budget a gelé les finances de l'exécutif catalan, après avoir décidé de se charger directement du paiement des factures, ce qui réduit drastiquement l'autonomie financière de la région.
Les séparatistes sont majoritaires en sièges au Parlement catalan depuis septembre 2015. Mais les Catalans sont très partagés sur la question de l'indépendance, selon les sondages.
Aux élections régionales en 2015, les indépendantistes avaient obtenu 47,6% des suffrages et le camp soutenant le maintien en Espagne 51,28%.
Plus de 70% des Catalans souhaitent cependant pouvoir s'exprimer à travers un référendum en bonne et due forme, selon tous les sondages.

Jeudi 21 Septembre 2017

Lu 644 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Octobre 2020 - 18:00 La croissance retrouve de la vigueur en Chine