Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un SMS pour vérifier la validité des médicaments en Afrique


AP
Vendredi 27 Août 2010

Pour éviter la contrefaçon des médicaments contre le paludisme en Afrique, un entrepreneur ghanéen a eu l'idée de se servir de son téléphone portable. Bright Simmons a ainsi mis au point un système gratuit qui permet aux consommateurs de savoir immédiatement si un médicament est réellement actif en envoyant simplement par SMS un code figurant sur la boîte.
Selon des études internationales, notamment de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), de 30 à 60% des médicaments circulant en Afrique sont soit contrefaits, soit en dessous des critères sanitaires réglementaires.
Partant de ce constat, M. Simmons a mis au point mPedigree. Ce système assigne un code unique aux médicaments patentés, imprimé au dos de la boîte sous une bande que l'on gratte. Le consommateur envoie ce code à une ligne téléphonique centrale par SMS et reçoit instantanément "OK" si le médicament est breveté et valable -d'autres informations lui sont également fournies, comme sa date d'expiration. Si le médicament n'est pas enregistré, l'utilisateur reçoit "No. Please recheck the code" ("Non. Veuillez vérifier le code", NDLR).
Le système est gratuit pour le consommateur et payé par les laboratoires pharmaceutiques et les gouvernements des pays qui l'adoptent. L'infrastructure technologique est désormais assurée par le groupe américain Hewlett-Packard.
Selon des professionnels de la santé, mPedigree pourrait aider les pays africains à freiner la prolifération de médicaments contrefaits et sauver des centaines de milliers de vies. Les experts estiment en effet à environ 700.000 le nombre de personnes qui meurent chaque année du paludisme ou de la tuberculose suite à la prise de médicaments contrefaits, dont certains ne contiennent parfois que de la sciure, du talc et de l'eau. De plus, les médicaments contrefaits renforcent la résistance des bactéries aux agents actifs et leur permettent de muter sous des formes plus dangereuses.


Lu 210 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 21 Juillet 2015 - 10:05 Portrait : Hicham El Guerrouj

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS