Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un Brexit sans accord entraînerait des coûts importants pour l'économie britannique

Theresa May s’accroche à son plan




Un Brexit sans accord "entraînerait des coûts importants" pour l'économie britannique et il est donc "crucial" que Londres s'entende avec Bruxelles sur leur future relation, a estimé lundi le Fonds monétaire international (FMI) dans son rapport annuel sur le Royaume-Uni.
Le FMI s'attend à ce que la croissance atteigne 1,5% pour 2019 au Royaume-Uni, mais ses prévisions sont fondées sur l'obtention d'un accord de divorce avec l'Union européenne d'ici la fin de l'année et la mise en place d'une période de transition, précise l'organisation.
Une sortie de l'UE plus troublée "pourrait conduire à un résultat bien pire", prévient le FMI dans son rapport publié alors que les discussions sur le Brexit entrent dans leur dernière ligne droite.
Le Royaume-Uni et l'UE souhaitent achever les négociations au sommet européen d'octobre ou au plus tard début novembre, soit quelques mois seulement avant le Brexit prévu le 29 mars.
"Nous encourageons à la fois le Royaume-Uni et l'UE à travailler avec assiduité (...)" pour éviter un divorce brutal, a déclaré la directrice générale du FMI Christine Lagarde, lors d'une conférence de presse à Londres. Ce scénario réduirait la croissance, pèserait sur les finances publiques et entraînerait une dépréciation de la devise, prévient-elle.
Elle estime que le futur accord commercial et la frontière irlandaise sont les deux priorités que doit avoir le gouvernement britannique.
"Le peu de temps qui reste pour conclure un accord est très problématique", a-t-elle ajouté, alors que les milieux d'affaires s'inquiètent du peu de progrès dans les discussions et de l'impact de l'absence d'accord sur leurs activités. Elle s'est montrée toutefois "optimiste" sur la conclusion d'un accord.
Le ministre des Finances Philip Hammond, qui s'est exprimé brièvement avant Mme Lagarde, a estimé qu'un Brexit sans accord "semble improbable mais reste possible". "Nous devons faire attention à l'avertissement clair du FMI", a-t-il prévenu.
Par ailleurs, la Première ministre britannique Theresa May a prévenu que son plan pour le Brexit était la seule alternative à l'absence d'accord de divorce avec l'UE, dans un extrait d'interview à la BBC diffusé lundi.
Le "plan de Chequers" proposé par Mme May prévoit le maintien d'une relation commerciale étroite entre le Royaume-Uni et l'UE après le Brexit, prévu le 29 mars, notamment la création d'une zone de libre-échange pour les biens industriels et les produits agricoles, tout en mettant fin à la liberté de circulation des citoyens européens et au contrôle de la Cour de justice de l'UE.
Avec ces propositions, la cheffe du gouvernement a provoqué la fureur des partisans d'un Brexit "pur et dur" au sein de son Parti conservateur mais aussi le scepticisme des dirigeants de l'UE, qui ont mis en doute la viabilité du plan.
"Je pense que nous aurons un bon accord, nous le ramènerons des négociations avec l'UE et le soumettrons au Parlement", a déclaré Mme May dans une interview télévisée qui sera diffusée en intégralité lundi soir. "Je pense que l'alternative sera l'absence d'accord", aux effets imprévisibles.
"Je ne veux pas que les industriels aient le sentiment de devoir opérer en vertu de toutes sortes de règles différentes, parce que cela leur complique la vie et signifie potentiellement le départ d'entreprises de ce pays", a-t-elle ajouté.
Selon la cheffe du gouvernement, son plan est le seul qui réponde à la volonté d'une majorité de Britanniques de quitter l'UE tout en évitant l'instauration d'une frontière dure entre la province britannique d'Irlande du Nord et l'Irlande, membre de l'UE.
L'ex-ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, tenant d'un Brexit dur, a qualifié lundi le plan de Chequers d'"abomination constitutionnelle", dans sa tribune hebdomadaire publiée par le Daily Telegraph.
La question de la frontière irlandaise, dont ni Londres ni Bruxelles ne souhaitent le retour, est une des principales pierres d'achoppement des négociations que les deux parties souhaitent voir aboutir d'ici au sommet européen d'octobre ou au plus tard début novembre, soit quelques mois seulement avant le Brexit prévu le 29 mars.
Le Brexit sera au menu d'un sommet informel européen jeudi à Salzbourg (Autriche).
Un éventuel accord devra encore être approuvé par le Parlement britannique où Mme May ne dispose que d'une très courte majorité, ainsi que par les Parlements des 27 pays de l'UE et le Parlement européen.
Le Parti travailliste, principal parti d'opposition britannique, a averti vendredi qu'il voterait contre un accord de divorce avec Bruxelles sur la base du plan proposé par Theresa May.
En cas de rejet du plan par les parlementaires britanniques, la suite des événements reste floue même si les deux côtés se préparent déjà techniquement à l'éventualité d'un Brexit sans accord.

Mardi 18 Septembre 2018

Lu 663 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com