Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trump attaque Biden sur les affaires de son fils, sans ébranler son rival




Pendant une semaine, Donald Trump a accusé sur tous les tons Joe Biden de corruption. Jeudi soir, il a porté pour la première fois l'attaque frontalement, sans faire bouger les lignes de défense érigées par son rival. Avant l'ultime duel télévisé entre les deux prétendants à la Maison Blanche, l'équipe de campagne de Donald Trump avait été claire: si les journalistes ne le faisaient pas, le président républicain allait lui même demander à l'ancien vice-président pourquoi il avait "autorisé son fils Hunter à monnayer un accès" vers son père? Le turbulent cadet de Joe Biden a fait des affaires en Chine et en Ukraine notamment, quand son père était le numéro deux de Barack Obama entre 2009 et 2017. Le journal conservateur New York Post a publié la semaine dernière des emails récupérés sur un ordinateur portable censés prouver qu'il a mêlé son père à ses entreprises en Ukraine.

Ces accusations, que Joe Biden a balayées sans en faire grand cas, sont devenues le nouveau cri de ralliement des partisans du président qui, en meeting, a lui-même qualifié la famille Biden "d'entreprise criminelle". Sur la scène de Nashville, jeudi soir, il n'a pas tardé à décocher son premier coup. Lors d'un échange sur la pandémie et son impact économique, Donald Trump a lancé, sibyllin: Joe Biden "a apparemment gagné beaucoup d'argent quelque part". Puis, a-t-il ajouté un peu plus tard, "ces horribles emails... vous devez une explication aux Américains". "Quelqu'un vient de faire une conférence de presse, il était supposé travailler avec vous et votre famille, ce qu'il raconte est accablant", a-t-il poursuivi.

Quelques heures plus tôt, Tony Bobulinski, qui se présente comme un ancien associé d'Hunter Biden, venait d'affirmer devant la presse que Joe Biden avait été associé à des projets de son fils en Chine. Cet ancien militaire de 48 ans, invité par Donald Trump à suivre le débat en personne, a assuré qu'il transmettrait vendredi une série d'éléments à charge à la police fédérale et à des sénateurs. Sans attendre que le président en dise plus, Joe Biden a vigoureusement démenti toute malversation. "Mon fils n'a pas gagné d'argent avec ce truc... en Chine", a-t-il assuré, en renvoyant la balle vers l'ancien magnat de l'immobiliser: "Le seul type qui ait gagné de l'argent en Chine c'est ce gars !". Quand il était vice-président, "son fils, ses frères se sont enrichis", a encore essayé le locataire de la Maison Blanche. "Je n'ai jamais pris un centime d'aucune source étrangère de toute ma vie", a affirmé Joe Biden, avant, là encore, de contre-attaquer: "Vous n'avez pas publié une seule de vos déclarations fiscales. Que cachez-vous ?"

Donald Trump est le premier président depuis les années 1970 à refuser de rendre publiques ses déclarations fiscales, ce qui alimente toutes les spéculations depuis des années. Le démocrate de 77 ans a soutenu avoir fait son travail de vice-président de manière "impeccable" et a présenté le scrutin du 3 novembre comme un choix entre deux "personnalités", lui se présentant comme un homme intègre face à un président "menteur". "Ne jouez pas au bébé innocent Joe", a répliqué Donald Trump, en l'accusant d'être "corrompu". "Regardez l'ordinateur portable de l'enfer", a-t-il encore enjoint. Mais du portable, il n'a pas été plus question et le débat s'est terminé sans que les Américains soient plus avancés. 

Libé
Vendredi 23 Octobre 2020

Lu 325 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Novembre 2020 - 17:05 L'Inde produira une partie du vaccin russe