Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trois syndicats de l’ enseignement appellent à une grève nationale





Trois syndicats de l’enseignement, à savoir le Syndicat national de l’enseignement (SNE-FDT), la Fédération autonome de l'enseignement (FAE-UGTM) et la Fédération nationale de l'enseignement (FNE-UMT), ont annoncé une grève nationale demain mardi 23 mars accompagnée de sit-in le 25 mars au niveau des Académies régionales, et le port de brassards du lundi 22 mars au lundi 5 avril 2021.

Selon un communiqué commun, les trois syndicats, il a été décidé d’organiser des réunions centrales avec des représentants des coordinations d’enseignement pour unifier les revendications et les luttes, et ce, en vue d’organiser une réunion avec le Conseil national des droits de l'Homme et avec les présidents de la Chambre des représentants et de la Chambre des conseillers, avant «de tenir une conférence de presse pour présenter le cahier revendicatif de la coordination syndicale et le programme de lutte unitaire».

La coordination syndicale tripartite a également appelé, dans son communiqué, tous ses militants à prendre part à ce mouvement de protestation pour soutenir les luttes de l'administration pédagogique et des professeurs contractuels, ainsi que les autres catégories de personnels lésées par la politique gouvernementale. Il y a lieu de rappeler que ces trois syndicats ont «fermement condamné» le recours à la violence face «aux revendications pacifiques, justes et légitimes» des enseignants contractuels. Ils ont également exprimé leur «soutien à toutes les luttes pacifiques du personnel de l'éducation nationale», tout en soulignant que «le gouvernement est pleinement responsable» de ce qui s’est passé, car «il a choisi de politiser les problèmes éducatifs». 

«Nous avons catégoriquement refusé de faire du secteur de l'éducation et de la formation un champ de bataille pour régler des comptes politiciens». Les trois syndicats ont, par ailleurs, demandé au gouvernement et au ministère de tutelle de mettre en œuvre les accords concernant tous les dossiers tranchés lors du dialogue sectoriel, tout en appelant en même temps à «l’ouverture de négociations sérieuses au sujet des dossiers en suspens en vue de les régler définitivement dès que possible et sans procrastination».

H.T

Libé
Dimanche 21 Mars 2021

Lu 392 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.