Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Transes ” d'Ahmed El Maanouni prochainement disponible sur “The Criterion Collection ”





“Transes ” d'Ahmed El Maanouni prochainement disponible sur “The Criterion Collection ”
Le film du réalisateur marocain Ahmed El Maanouni “Transes” (Al Hal), qui retrace les performances sur scène du groupe de musiciens marocains Nas El Ghiwane sorti en 1981, sera parmi les nouveautés disponibles prochainement sur la plateforme “The Criterion Collection”.

Ce documentaire, une “pure poésie cinématographique” qui dure 88 minutes, “montre les quatre musiciens lors d’une série de performances live électrisantes en Tunisie, au Maroc et en France, dans les rues de Casablanca et dans des conversations intimes”, indique un communiqué de The Criterion Collection, une maison de distribution de films.

Conteurs à travers la chanson et les instruments traditionnels de musique, et le théâtre politique, le groupe est devenu un phénomène local et une sensation internationale grâce à ses paroles rebelles et son son sublime et entièrement acoustique, qui s’inspire des rythmes berbères, de la poésie chantée de Malhun et des danses gnawa, fait savoir le communiqué. À la fois film de concert et expérience audiovisuelle, “Transes” est plein de séquences filmant en direct le public captivé par le groupe, note la même source. “Trances” a été restauré en 2007 par Cinémathèque de Bologne/le laboratoire L’Immagine Ritrovata, en collaboration avec The Film Foundation’s World Cinema Project, Ahmed El Maanouni et Izza Genini. La restauration a été financée par Armani, Cartier, Qatar Airways et Qatar Museum Authority.

Ce documentaire d’Ahmed El Maanouni avait été retenu en sélection officielle au festival de Cannes en 2007. Le réalisateur marocain avait décroché le grand prix du festival national du cinéma à travers son long métrage “les Coeurs Brûlés” et a reçu de nombreux prix internationaux. Les films documentaires de Ahmed El Maanouni traitent de plusieurs questions en relation avec l’histoire du Maroc et la mémoire nationale, en raison de sa conviction de l’importance de la documentation et du 7ème art dans la mise en exergue des principales étapes historiques du Royaume et du rôle du cinéma dans la consécration des valeurs nationales et l’identité marocaine.

 

Andreï Miagkov

“Transes ” d'Ahmed El Maanouni prochainement disponible sur “The Criterion Collection ”
L’acteur russe Andreï Miagkov, icône du cinéma soviétique et héros du film symbole du Nouvel An dans le monde russophone, est mort jeudi à l’âge de 83 ans. Le Théâtre Anton Tchekhov de Moscou n’a pas précisé la cause du décès. Né le 8 juillet 1938 à Leningrad, il est surtout connu pour les rôles qu’il a tenu dans plusieurs films réalisés par Eldar Riazanov, tels que L’Ironie du sort (1975), Romance de bureau (1977), Garage (1979) et Romance cruelle (1984). Pour les Russes, il restera le héros de la comédie romantique «L’ironie du sort» sortie en 1975. Les répliques et chansons sont connues par toutes les générations de russophones, et le long-métrage est regardé traditionnellement le 31 décembre en Russie. Ces deux longs-métrages comptent parmi les plus grands succès commerciaux du cinéma soviétique. A partir de 1977, Andreï Miagkov avait poursuivi sa carrière au Théâtre d’Art Anton-Tchekhov de Moscou, mis en scène deux pièces et dispensé des cours.

Libé
Vendredi 19 Février 2021

Lu 384 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.