Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tragicomique : Parent pauvre de la culture au Maroc, le théâtre subit de plein fouet un blocage administratif non déclaré




La crise du Fonds d’aide et de soutien au théâtre entame son 11ème mois.  Les professionnels du théâtre comptent observer aujourd’hui un sit-in et entamer une grève de la faim vendredi prochain si la situation demeure bloquée.  Mais pourquoi cette crise a-t-elle tant duré?  S’agit-il d’un problème d’argent? «Absolument pas», nous a répondu une source proche du dossier sous le sceau de l’anonymat avant de poursuivre : «Au début de cette crise, la responsabilité du  retard avait été imputée au blocage gouvernemental et à la nomination du nouvel Exécutif. Un état de fait qu’on a eu du mal à comprendre puisque durant les derniers jours du gouvernement sortant, le ministrère en charge de ce portefeuille avait donné son feu vert au financement de  plusieurs projets (théâtre, livre.. édition, ...) portés par des personnes proches de son parti politique. Mais, dès l’arrivée de Mohamed Laâraj à la tête du ministre de la Culture et de la Communication, un budget  complémentaire ordonné par le chef du gouvernement et validé par le ministère de l’Economie et des Finances a été débloqué  pour résoudre  ce problème.  Les propos  propagés par certaines parties arguant que ce problème est dû à l’insuffisance du budget de la culture n’est que purs mensonges ».
Pour  2016, une enveloppe budgétaire de 10.618.500  DH avait été mobilisée par le ministère de la Culture dans le cadre du programme de soutien au secteur du théâtre. Ce montant avait été  réparti entre les domaines de production et de promotion des œuvres théâtrales (4.638.500 DH), la  domiciliation des troupes de théâtre (770.000 DH), les résidences artistiques et ateliers afférents aux  techniques et à l'écriture dramatique (320.000 DH), et au théâtre et arts de la rue (220.000 DH).  
Si les fonds sont disponibles, pourquoi n’ont-ils pas été distribués aux 22 troupes récipiendaires de la subvention du Fonds d’aide et de soutien au théâtre qui  attendent depuis 11 mois de pouvoir en disposer ? « Le blocage est purement administratif. Certaines parties, à savoir l’ancien secrétaire général révoqué récemment et le directeur des affaires financières au sein du département de la Culture  ont toujours cherché  à attiser les tensions et à faire perdurer le conflit relatif aux  subventions.  En fait,  les deux hommes ont sabordé la solution de ce problème en montant des dossiers bidon qui ont souvent été rejetés par le ministère des Finances faute de documents adéquats.  Des erreurs préméditées que même un novice ne peut commettre. Mais, leur objectif était clair, à savoir exacerber la crise et en imputer la responsabilité à Mohamed Laârej. Pire, ces mêmes personnes ont réussi à dévier les fonds alloués par le budget complémentaire vers d’autres rubriques budgétaires  en prétendant qu’elles faisaient partie des priorités du ministère », nous a affirmé notre source.
Comment les troupes ont-elles pu continuer à fonctionner en l’absence de subventions ? « Une grande partie des troupes sont dans l’attente. Seules celles qui ont bénéficié de la première tranche d’aide accordée dans le cadre de la domiciliation des troupes de théâtre continuent à fonctionner normalement. Il faut néanmoins souligner que la troupe de théâtre Artlili s’est autofinancée par ses propres moyens », nous a précisé notre source. Et d’ajouter : « Cependant, la situation est grave.  Plusieurs artistes galèrent financièrement et attendent avec impatience le déblocage des fonds pour honorer leurs dettes qui s’accumulent depuis des mois, étant entendu que le ministère continue à financer plusieurs activités et voyages de son personnel mais qu’il n’arrive toujours pas à trouver de l’argent pour payer les artistes ».

Hassan Bentaleb
Mercredi 1 Novembre 2017

Lu 1412 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés