Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tomber de rideau sur le Festival des cinémas arabes à l'IMA




Après une semaine dense marquée par la projetion de près de 80 films provenant de nombreux pays arabes dont le Maroc, le rideau est tombé, samedi soir, sur la première édition du Festival des cinémas arabes, organisée par l'Institut du monde arabe (IMA) à Paris.
La cérémonie de clôture de cette édition a été marquée par la participation de nombreuses personnalités dont le président de l'IMA. Jack Lang, qui s'est félicité du succès de cette édition, grâce à la qualité remarquable des films présentés et à l'engouement qu'elle a suscité auprès d'un public passionné.
Les jurys fiction et documentaire étaient présidés respectivement par le réalisateur marocain Faouzi Bensaidi et le chroniqueur et réalisateur français Serge Le Péron, qui ont visionné près de 34 films (10 longs métrages et 24 courts métrages) en compétition.
Selon le palmarès dévoilé au terme de la cérémonie, c'est le film "The Journey" de Mohamed Jabarah Al Daradji (Irak/Qatar/France/Pays-Bas/Royaume-Uni) qui a remporté le grand Prix IMA-BMCE dans la catégorie fiction.
Quant au Prix spécial du jury–Hyatt Paris Madeleine, il est revenu au long métrage "Le Déjeuner" de Lucien Bourjeily (Liban) alors que le Prix IMA–TV5MONDE a été décerné au film "Benzine" de Sarra Abidi (Tunisie).
S'agissant du Prix IMA de la meilleure interprétation masculine, il a été attribué, par décision exceptionnelle du jury, collectivement aux acteurs et actrices du film "Le déjeuner" au moment où celui de la meilleure interprétation féminine a récompensé l'Irakienne Zahraa Ghandour, pour son rôle dans le film "The Journey".
Pour sa part, le Prix IMA–Titra Film du moyen et court métrage de fiction a été attribué ex-aequo à "Affabilité" d’Ahmad Nader (Egypte) et à "Land Of Our Fathers" d’Ulaa Salim (Irak).
Dans la catégorie documentaire, le Prix spécial du jury pour un moyen et court métrage documentaire a été décerné également ex- aequo à "La Naissance d'une image" de Firas Khoury (Palestine) et "Sculpting in time" de Youssef Nasser (Égypte).
Le Prix du moyen et court métrage documentaire est revenu, de son côté, à "Train-trains 2 : une dérivation" de Rania Stephan (Liban).
Pour ce qui est du Prix spécial du jury–Titra Film pour un long métrage documentaire et du Grand prix IMA-El Gouna Film Festival du long métrage documentaire, ils ont récompensé respectivement "Des moutons et des hommes" de Karim Sayad (Algérie/Qatar/France/Suisse) et "The Band" d’Albaqer Jafeer (Irak/Liban).
Le Prix de l'écriture du scénario a récompensé ex-aequo le jeune Marocain Yassine Idrissi et un jeune scénariste franco-libanais. 
Cinq films marocains étaient sélectionnés dans la catégorie fiction, en l’occurrence "Lhajates" de Mohamed Achaour, "Sofia" de Meryem Ben M’Barek,"Jahiliya" de Hicham Lasri et «Clair-Obscur» de Khaoula Assebab Ben Omar (longs métrages).
Le film "le Grain de ta peau" de Sofia El Khyari, était sélectionné dans la catégorie  courts métrages fiction.

Libé
Mardi 10 Juillet 2018

Lu 687 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal