Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tomber de rideau du Festival national de la culture amazighe de Guercif




Tomber de rideau du  Festival national de la culture amazighe de Guercif
La 13ème édition du Festival national de la culture amazighe, organisé par l'Association Adrar Guercif, a pris fin mercredi soir après trois jours de spectacles et d’activités culturelles ayant animé la ville de Guercif.
Tenu sous le thème «L’amazighe, une culture en faveur des valeurs de la vie», en partenariat avec l’Institut Royal de la culture amazighe (IRCAM) et avec le soutien notamment du ministère de la Culture et de la Communication, cet évènement vise à faire connaître la culture et l’art amazighs, soutenir et encourager les artistes et musiciens et promouvoir la création artistique.
Cette édition a été marquée par l’organisation du concours pour l’obtention du Prix national de la culture amazighe dans la catégorie de la danse collective (Ahidous n’Rif) au titre de l’année 2018. Ce prix sera décerné par l’IRCAM en célébration de l’anniversaire du discours Royal d’Ajdir.
Une vingtaine de troupes artistiques ont participé à ce concours, représentant des arts populaires comme l’Ahidous Ait Ouraine, Reggada, Allaoui, Mengouchi et Nhari et qui sont venues de Taza, Guercif, Taourirt, Nador, Driouch, Al-Hoceima, Berkane, Oujda, Jerada, Ain Beni Mathar, Missour, Outat El Haj, Tindit et Figuig.
Dans une déclaration à la MAP, Nadia Boudra, professeur-chercheur dans la culture amazighe du Rif, a salué le succès de l’organisation de ce concours, soulignant l’importance du Prix national de la culture amazighe en tant qu’initiative qui récompense et rend hommage aux efforts de promotion de la culture amazighe.

Libé
Samedi 27 Juillet 2019

Lu 1460 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal