Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Tigmi N'Igran” de Tala Hadid ouvre le Festival international du film documentaire

Dix réalisateurs en lice pour les prix de la compétition internationale




Le coup d’envoi de la 9ème édition du Festival international du film documentaire (FIDADOC), organisée sous le thème "L’Afrique au cœur", a été donné lundi soir à Agadir. A la salle Brahim Radi, à l’Hôtel de ville, qui abritera toutes les projections de la compétition officielle, le public a assisté à la cérémonie d’ouverture de cet évènement culturel et artistique marquée notamment par la projection du film amazigh "Tigmi N'Igran" (La maison dans les champs) de la réalisatrice Tala Hadid.
Cette œuvre de 86 minutes qui représente le Maroc à la compétition internationale, a remporté plusieurs prix au Festival du cinéma africain, asiatique et  latino-américain de Milan, et obtenu le prix du meilleur film documentaire au Festival international du cinéma de Hong Kong de même qu’il a été projeté cette année au Festival international du film de Berlin (Berlinale).  Un hommage a été aussi rendu au cinéaste et ethnographe français Jean Rouch (1917-2004) à l'occasion du centenaire de la naissance du réalisateur, à travers la projection de 7 de ses films et 2 Master class.
Cet hommage a été rendu à Jean Rouch par son ami et cinéaste, l’ambassadeur du Niger auprès de l’UNESCO, Inoussa Ousseini, qui était ancien ministre de la Culture de son pays et fondateur du Forum africain du film documentaire de Niamey. Jean Rouch est l’un des réalisateurs les plus influents et prolifiques de l’histoire du cinéma (plus de 100 films), dont le centenaire de la naissance est célébré tout au long de l'année en cours.
Dix films de réalisateurs issus de différents pays sont en lice pour les prix de la compétition internationale qui se poursuit jusqu’au 13 mai. La programmation de cette année "mêle des œuvres de talents émergents, d’auteurs confirmés et de grands noms du cinéma mondial", à travers un total de 40 films venus de 25 pays, indique l'Association de culture et d'éducation par l’audiovisuel (ACEA), qui organise le festival avec l'appui de la deuxième chaîne de télévision publique marocaine 2M et d'autres partenaires.
D’après les organisateurs, les films en lice pour les prix de cette édition du FIDADOC reflètent des expériences cinématographiques variées représentant la Palestine, la Norvège, l'Algérie, la France, la Belgique, le Burkina Faso, l'Allemagne, la Turquie, le Mali, le Chili, la Hollande, la Suède, le Qatar, l'Iran, ainsi que le Maroc. Autre particularité de cette édition est la place réservée à la nouvelle génération de réalisatrices et de réalisateurs africains.
En partenariat avec le Festival des 3 continents de Nantes, un atelier sous le thème "Produire au sud Agadir Sahara" permettra à 12 professionnels émergents maghrébins et subsahariens, porteurs d’un projet de long-métrage documentaire, de se familiariser avec les techniques et les outils de la coproduction cinématographique internationale.
Notons enfin que le jury de la compétition internationale est composé de Maria Daïf directrice de l'espace culturel l'Uzine (Maroc), Jérôme Le Maire, réalisateur (Belgique), Moncef Taleb, ingénieur du son et producteur (Tunisie), Virginie Lenhart, réalisatrice (France) et Awa Traoré, réalisatrice (Mali).  

M.O.
Mercredi 10 Mai 2017

Lu 861 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.