Libération

Facebook
Rss
Twitter





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“The Undoing ”, meurtre et secrets dans la bonne société new-yorkaise




“The Undoing ”, meurtre et secrets dans la bonne société new-yorkaise
Après l’immense succès de “Big Little Lies” le scénariste américain à succès David E. Kelley revient avec “The Undoing”, une nouvelle mini-série sur, là encore, la bonne société secouée par un meurtre, mais à New York, cette fois. Il y a plus d’une similitude entre ce nouveau projet, diffusé par HBO aux Etats-Unis et OCS en France, et “BLL” qui, pour sa seule première saison, avait raflé 4 Golden Globes et 8 Emmy Awards. Au départ, un microcosme construit sur l’argent et des codes très établis, dans lequel débarque un corps étranger qui va déstabiliser l’ensemble. Un à un, les secrets sont révélés et les masques tombent, emportant avec eux les certitudes. C’est aussi le retour de Nicole Kidman, déjà primée pour son interprétation d’une femme à la personnalité complexe dans “Big Little Lies”.

Dans cette nouvelle mini-série, dont le premier épisode a été diffusé dimanche sur HBO et lundi sur OCS, elle est Grace Fraser, psychothérapeute, au centre du récit alors que “Big Little Lies” était davantage une série chorale. Tout comme dans “BLL”, “The Undoing” écorne progressivement, sur six épisodes, l’image impeccable de son existence. “La série est très axée sur le parcours psychologique de cette femme”, a expliqué à la chaîne australienne Foxtel Nicole Kidman, co-productrice des deux séries. Pour le comédien britannique Hugh Grant, qui joue son mari, cette mini-série est un “thriller à la scandinave, avec une grosse énigme qui fonctionnera, j’espère”, comme il l’a expliqué sur HBO.

La touche scandinave est assurée par la réalisatrice danoise Susanne Bier (“Brothers” et la mini-série “The Night Manager”), et parachevée par une esthétique dépouillée et inquiétante. Habitué des comédies romantiques, rendu célèbre pour ses rôles de Britannique bon teint, Hugh Grant brille ici dans un registre plus sombre, plein d’aspérités, vers lequel il s’est tourné ces dernières années (“A Very English Scandal” notamment). Si la critique américaine a été globalement séduite par le jeu des acteurs, elle a regretté que le scénario ne soit pas plus étoffé et s’essouffle.

Créateur d’une foule de séries à succès, de “Ally McBeal” jusqu’à “Goliath”, David E. Kelley travaille déjà à un nouveau projet. Toujours avec Nicole Kidman, il prépare l’adaptation en mini-série de “Nine Perfect Strangers”, autre roman de Liane Moriarty, l’auteur de “Big Little Lies”, pour la plateforme Hulu.

Libé
Dimanche 25 Octobre 2020

Lu 201 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.