Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“The Duel: Pakistan on the Flight Path of American Power”, un ouvrage de Tariq Ali

Retour sur l'histoire du pays des pures




Bien des Pakistanais, à considérer le succès (à tout le moins, partiel) du modèle indien, peinent à rendre hommage au père de la nation - le Quaid-i-Azam - Mohammed Ali Jinnah. L'adhésion à un nationalisme officiel rigoriste confine toutefois les citoyens à une vénération absolue, alors même que les vœux de ce dirigeant, qui s'éteignit le 11 septembre 1948 (près de treize mois après la fondation du Pakistan), restent l'objet de supputations historiques. Tariq Ali, politologue britannique d'origine pakistanaise, dresse un parallèle qui, à connaître la scène politique de la République islamique du Pakistan, est osé. Jinnah, indique-t-il, souhaitait donner naissance à un État en tout point semblable à celui qu'imagina le parti du Congrès. Les musulmans en constitueraient la communauté dominante, tandis qu'une stricte égalité, garantie par l'adhésion à la laïcité, serait de rigueur ; tous jouiraient, au demeurant, d'une liberté de culte qui ne recouvrerait aucun caractère obligatoire. L'auteur souligne que le chef de la Ligue musulmane ne se demanda guère si les hindous et les sikhs, qui vivraient sur les territoires qu'englobait le projet initial d'un Pakistan, se contenteraient du statut de minorité. Lui-même récusait pourtant un tel schéma, arguant de sa profonde anxiété quant au sort de musulmans livrés à l'arbitraire potentiel de la majorité hindoue. Les autorités du Pakistan (littéralement,"pays des purs"), confrontées à une arrivée massive de réfugiés, laissèrent finalement entendre que le nouvel État n'avait pas vocation à accueillir l'ensemble des musulmans indiens.
C'est là un épisode que l'Inde et le Pakistan, présidant à la rédaction de manuels scolaires destinés à façonner l'esprit de futurs citoyens, ont comme choisi de passer sous silence. Les dirigeants des deux pays visèrent vraisemblablement à éviter l'embarrassante question d'un plan de partage auquel ils n'auraient pas dû consentir. À lire les archives diplomatiques britanniques, l'on trouve d'ailleurs trace de la vive inquiétude d'un État pakistanais à peine né face à l'afflux continu de réfugiés. Ali, pour sa part, fait-il preuve d'un réalisme courageux, ou tend-il vers une forme humour noir lorsqu'il indique que les musulmans du sous-continent, contraints à l'exode suite à l'enclenchement de la macabre dynamique de la partition, ignoraient cependant qu'ils se rendaient dans un pays "dédié aux seuls propriétaires terriens"?


L
Mardi 3 Mars 2009

Lu 312 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com