Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tétouan, capitale du cinéma méditerranéen

Ouverture du 25ème Festival international du cinéma méditerranéen par un vibrant hommage à Mohamed Choubi




«La Sueur des palmiers» de Redoine El Kashef ouvre les projections

Le coup d'envoi du Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan a été donné, samedi soir au «Teatro espagnol», en présence de plusieurs personnalités du monde de la politique, des médias, des arts et de la culture. Ce grand rendez-vous cinématographique, qui célèbre cette année son 25ème  anniversaire, avec la Palestine comme invitée d’honneur, réunit de grands noms du cinéma national, arabe et international, faisant de la ville de Tétouan la capitale du cinéma méditerranéen et un espace d'échanges et de promotion de la culture de dialogue et de tolérance. Lors de la cérémonie d’ouverture, un vibrant hommage a été rendu à l'acteur marocain, Mohamed Choubi, en reconnaissance de ses contributions au cinéma, au théâtre et à la télévision marocains. Les organisateurs  ont également prévu de rendre hommage aux acteurs égyptiens Nelly Karim et Karim Abdel Aziz et au réalisateur espagnol Luis Miñarro. Histoire de mettre en avant différents parcours d’artistes méditerranéens, leurs spécificités et leur singularité.
Dans une déclaration à la presse, Mohamed Choubi s'est dit honoré et fier de recevoir cet hommage dans l'un des plus grands Festivals du cinéma au Maroc, tout en souligant que cette distinction constitue pour lui un témoignage de l’évolution de sa carrière professionnelle.
S'exprimant également à l’occasion de la soirée d’ouverture, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj a souligné que le Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan a contribué largement au rayonnement du 7ème art marocain à l'échelle méditerranéenne, eu égard à sa spécificité, notant que ce rayonnement a dépassé les frontières de l'espace méditerranéen pour s'imposer à l'international. S'agissant du choix de la Palestine comme invitée d'honneur de cette édition, le ministre a indiqué que la Palestine a toujours été présente dans la mémoire marocaine, précisant que cet hommage au 7ème art palestinien met en avant l'originalité de ce cinéma qui a remporté plusieurs prix dans les plus grands Festivals arabes et internationaux.
Pour ce qui est des projections de films, les festivaliers ont pu découvrir, lors de cette soirée d’ouverture, le long métrage égyptien, «La Sueur des palmiers» du réalisateur Redoine El Kashef. Bien loin des caravanes archéologiques et des palaces des bords du Nil, ce film est sans aucun doute le plus révélateur des réalités profondes de l'Égypte. Si profondes qu'il se situe dans une région des plus reculées et marginalisées: une oasis-village du sud, à au moins mille kilomètres du Caire à vol d'oiseau, où débarquent de mystérieux nomades. Faisant miroiter un Eldorado lointain, ils entraînent tous les hommes du village, à l'exception d'un seul, trop jeune pour cette ruée vers l'or. Devenu, au fil des saisons, «le» mâle du village, il polarise le désir et les espoirs des femmes, partage leurs jeux et leur intimité. Jusqu'au retour des hommes, floués, pleins d'amertume et de ressentiment. Il s'agit, en effet, d'un récit qui prend, sans jamais lâcher prise avec le réel, les allures d’un conte oriental et qui présente moult réflexions sur l'Egypte rurale, contrainte ou même encline à abdiquer ses valeurs, mais aussi sur la condition des femmes et sur la domination masculine. Produit en 1998, le film bouscule le carcan des mœurs dans lequel les censeurs égyptiens tentaient d’enfermer toute la production intellectuelle.
Il aura fallu toute l’obstination de la productrice Marianne Khoury et surtout le parrainage actif du grand Youssef Chahine pour que le second long métrage de Redoine El Kashef parvient à voir le jour. Il est, par ailleurs, à noter que les différents jurys de cette édition ont été présentés lors de la soirée d’ouverture. Notamment le jury du long métrage, présidé par le cinéaste et musicien italien Roperto Giacomo Pischiutta avec à ses côtés la réalisatrice turque Pelin Esmer, l’actrice et réalisatrice ivoirienne Suzanne Kouame, la scénariste française Myriam Mezieres et Jamal Souissi, producteur, réalisateur et président de le Chambre marocaine des producteurs de films. Le jury du film documentaire est quant à lui présidé par le réalisateur algérien Malik Bensmaïl et celui de la critique par l'universitaire et critique marocain Mohamed Gallaoui.

DNES : Mehdi Ouassat
Lundi 25 Mars 2019

Lu 517 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com