Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Taza à l’heure de son premier Festival international du cinéma




Le coup d’envoi de la première édition du Festival international du cinéma de Taza a été donné, mardi soir au théâtre municipal de la ville, sous le thème ‘’Le cinéma marocain : portail pour l’internationalisation’’. Initiée par l’Association ‘’Festival international du cinéma de Taza’’, cette manifestation tend à contribuer à l’animation culturelle et artistique d’une ville où la population est avide de septième art, de culture et de divertissement.
Pour le directeur du festival, Mohamed Belghouat, cette initiative vise à créer une culture cinématographie et une dynamique culturelle, à travers des formations, des débats et la projection de films marocains, notant que le Festival du cinéma de Taza se veut une ‘’alternative au manque de salles du cinéma’’. Il aspire aussi à valoriser la culture cinématographique et de l’image, a-t-il indiqué à la presse, ajoutant que cette manifestation se distingue par rapport aux autres festivals par ‘’la culture de la diversité’’. ‘’Les œuvres cinématographiques qui seront projetées incarnent cette diversité, la pluralité et la différence’’, a fait savoir M. Belghouat.
De son côté, le président de cette association, Kouider Benanni, a indiqué que cette édition a été dédiée aux œuvres cinématographiques nationales, relevant que les projections des films auront lieu dans une dizaine d’arrondissements de la ville de Taza.
La séance d’ouverture du festival a été marquée par la projection des films ‘’Assolta Al Mafkouda-Pouvoir perdu’’ de Ahd Ben Souda et ‘’Korsa’’ de Abdellah Ferkous, outre une cérémonie en hommage à des personnalités de la ville en reconnaissance de leur contribution dans le développement socioculturel et éducatif de la ville.
Ce festival, qui connaît la participation d’acteurs, de cinéastes, de professionnels et de critiques de renom, prévoit une panoplie d’activités, dont des ateliers de formation au profit des étudiants de l’audiovisuel et du cinéma, ainsi que des ateliers sur la photographie, l’écriture du scénario et la mise en scène, outre des rencontres avec les artistes.  Au menu, figurent aussi une exposition destinée aux manuscrits historiques sur les relations entre la ville de Taza et les habitants du Sahara, une conférence axée sur les atouts de la ville et les possibilités de drainer des investissements dans le domaine de l’audiovisuel et du cinéma, ainsi que la projection de nombreuses œuvres cinématographiques dans les espaces publics et les communes rurales de la province.


 

Jeudi 26 Juillet 2018

Lu 662 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif