Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Taragalte rend hommage à Lalla Badi

La diva touareg se produira sur la scène principale du festival




 Un grand moment que celui prévu lors de la prochaine édition du Festival international de «Taragalte» qui aura lieu du  27 au 29 octobre courant à Mhamid El Ghizlane (province de Zagora). Les organisateurs ont pensé  rendre hommage à la «mère spirituelle» des touaregs: l’artiste Lalla Badi.
C’est donc d’un vibrant hommage à la femme touareg en général et à cette figure emblématique de la musique touareg en particulier, qu’il s’agit. Outre les échanges et rencontres qu’elle aura avec les femmes de l’oasis de Mhamid El Ghizlane, au sein de leurs coopératives et associations, Lalla Badi compte aussi se produire sur la scène principale du Taragalte, en signe de transmission du patrimoine musical touareg aux générations futures.
 «Notre mission à travers le Taragalte est de valoriser le patrimoine traditionnel musical marocain et du monde, mais aussi d’établir les liens d’amitié et d’amour avec les peuples du monde. L’artiste Lalla Badi reste une icône du Mali et plus particulièrement de la culture touareg», déclare Halim Sbai, cofondateur du Taragalte.
Chanteuse de Tindi, musique originale mariant à la fois les airs du blues et les sonorités africaines, Lalla Badi ou simplement «Lalla» comme aiment l’appeler les Touaregs, diffuse et chante dès le début des années 60 sa poésie targuie qu’elle n’a cessé depuis son jeune âge de recueillir  auprès de sa mère et de  ses proches.
Symbole d’un répertoire musical et poétique riche, celle qui est considérée aujourd’hui comme la doyenne du Tindi, et «mère spirituelle de toute une communauté », créa en 1990, l'Association "Issakta" (Souvenirs) pour préserver et perpétuer le patrimoine dont elle est devenue l'une des principales dépositaires.
Cette légende vivante du Tindi est très respectée par les Touaregs même au-delà du Hoggar et joue un rôle social très important auprès des jeunes et des plus démunis. Son dernier passage artistique sur une scène parisienne avec les célèbres «Tinarewens» témoigne du respect dont elle jouit au Mali et ailleurs.
L’attribution aux icônes 1«Tinarewens» du Grammy Award du meilleur album de musique du monde en 2011 pour «Tassili», était aussi une occasion pour l’éclosion de nouvelles jeunes formations musicales qui ont évolué et évoluent encore autour de Lalla Badi.
Celle qui, en 2017, a produit son premier album éponyme, est l'ambassadrice de cette musique traditionnelle touareg et a été reçue par de grandes personnalités du monde.
Il est à noter que le festival soufflera cette année sa huitième bougie dans la belle oasis de Mhamid El Ghizlane, sous un signe combien révélateur mais aussi bien important que novateur :«Afrik Elles». Ce festival qui a lieu entre oasis et dunes, célèbre, selon un communiqué des organisateurs, "l'héritage  nomade et la musique du monde sous les étoiles", et consacre par la même occasion la 4ème édition de la caravane, "Pour la promotion de la paix et de la tolérance au Sahara et au Sahel".
Rendez-vous culturel et artistique incontournable pour les passionnés de la vie nomade et du désert, Taragalte promet, comme à l’accoutumée, une programmation riche et variée, mariant des spectacles musicaux, des ateliers de formation, ainsi que des présentations du savoir-vivre et mode de vie nomade et  des conférences…

Mustapha Elouizi
Vendredi 20 Octobre 2017

Lu 1096 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.