Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Taragalte offre l’opportunité de grands débats thématiques

Entretien avec Halim Sbai, directeur du Festival Taragalte




Libé : Quel bilan dressez-vous pour cette neuvième édition ? 
Halim Sbai: Depuis le début, nous craignions des perturbations du programme à cause des intempéries. Mais, nous pouvons dire que cette édition qui s’est tenue sous le thème : « Sahara, terre fertile », a rencontré un franc succès. Notre programmation a été respectée, y compris les conférences sur « L’eau et la culture, vecteurs de paix », les ateliers en faveur des enfants et des femmes du village, la course des dromadaires, ainsi que l’hommage rendu à Antoine de Saint-Exupéry.
Et puis, attirer un public de plus de trente nationalités n’est pas évident. C’est le résultat de nos efforts en termes de marketing et médiatisation. Si le taux de retour est en hausse, c’est que la qualité de nos prestations artistiques et celle de notre site sont exceptionnelles. 
Quel apport ont les conférences organisées dans un festival dédié à la musique ? 
Franchement, Taragalte se veut clairement un carrefour de débat. C’est pour cela que cette année nous avons programmé trois conférences avec la participation de plusieurs nationalités à la fois. Ce qui est intéressant, c’est cet échange multinational et multiculturel lors des conférences. Taragalte est aussi un moment de longs débats thématiques.
Ainsi, pour contribuer aux différentes dynamiques de paix et de tolérance, nous avons initié un débat animé par des potentialités culturelles de plusieurs nationalités telles que Mamoud Afi, directeur du festival du Niger, Mohamed Doumbia du Mali, Frédéric Coconier journaliste français installé au Maroc, Theirry Spas, président de l’Association des Amis d’Antoine de Saint-Exupéry, l’artiste Majdou du Niger. Il y a eu aussi une conférence autour de la thématique de l’eau et la résilience des territoires isolés, ainsi qu’une autre sur l’esprit et le message de Saint-Exupéry. Il y a eu également une projection en avant-première internationale du documentaire « Oasis d’espoir » prévu prochainement sur la chaîne « Ushaïa ».
Et les femmes du village, avaient-elles un programme spécial ? 
Elles sont désormais fort présentes dans la programmation du festival, avec la tente installée par l’Association « Carpet of life», association locale féminine qui avait commencé dans la foulée du festival avec six femmes, mais aujourd’hui nous pouvons être fiers parce qu’elles sont une soixantaine, à tisser les histoires des gens sur des tapis dans l’espoir de leur donner vie. 
Et les plateaux musicaux de cette année ? 
Ils sont riches et variés. D’abord, nous optons pour les groupes locaux fort présents sur scène avec Moha Malal, Génération Taragalte et Drâa Tribes, puis les groupes nationaux représentés cette année par le groupe sahraoui Mnat Aichata et enfin les internationaux avec des groupes comme Vasti Jackson, Maya Kylses, les Maliens Habib Koité et Bamada, les Nigériens Hamid Alkawel et Majdou, les Algériens & Maliens Afous da  fous, ainsi que les Tinariwens, chantres du désert. 
Autre chose dans ce sens, les petites scènes faites par des artistes sur des petites dunes avoisinantes ont été des plus gratifiantes, avec des prestations spontanées et des fusions multiples. 
Et le rôle de Oum dans le festival ? 
La diva Oum est montée sur scène à deux reprises, la première avec Génération pour chanter sa chanson composée spécialement pour le festival : «Taragalte», puis avec l’artiste malien Habib Koité, interprétant une chanson malienne. Elle n’est plus une artiste invitée, comme les autres, mais bel et bien une marraine qui conseille, organise et anime même des ateliers, comme celui de cette année sur le thème de «la Malhfa, symbole de l’art vestimentaire des femmes du Sahara». 
 

Propos recueillis par Mustapha Elouizi
Lundi 5 Novembre 2018

Lu 813 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif