Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tanger rend hommage à Hani Salama et Ahmed Laftouh

Le FNF se poursuit jusqu’au 2 décembre




 Un vibrant hommage a été rendu, mardi dernier, à l'acteur égyptien, Hani Salama, et au critique de cinéma, Ahmed Laftouh, en ouverture de la 10ème édition du Festival du film de Tanger. Réagissant à cet hommage appuyé, Hani Salama s'est dit très heureux de cette consécration et de sa présence parmi le public marocain, qui est un passionné du cinéma en général et de l'art égyptien en particulier, notant qu'il a, à travers sa visite des différentes villes du Royaume, touché de près les sentiments d'estime, de considération et d'amour et les relations de fraternité liant les peuples marocain et égyptien. Pour sa part, M. Laftouh a souligné que cet hommage se veut un signe de reconnaissance à la critique sérieuse qui creuse au fin fond du film au lieu de se contenter des compliments, notant que le critique est appelé à jouer le rôle qui lui échoit dans la promotion du champ cinématographique et intellectuel.
Dans une déclaration à la MAP, il a assuré que cette consécration est le couronnement d'un long parcours dans le cinéma, un domaine qui lui permet de rimer métier et passion. De son côté, le directeur du festival, Mohamed Said Zerbouh, a indiqué que le festival, qui fête cette année son 10ème anniversaire, vise à promouvoir le rayonnement du 7ème art dans la ville du Détroit, notant que cette édition sera marquée par le lancement de l'initiative "Marché du film", la première en son genre dans la région du Maghreb. Et de préciser que cette initiative ambitionne de remédier au problème de la stagnation commerciale auquel fait face le cinéma marocain, en raison de la faiblesse des recettes des salles de cinéma et de la rentabilité des films, d'autant plus que le marché marocain reste incapable de générer une industrie cinématographique solide. A cet égard, M. Zerbouh a assuré que l'opération vise à ouvrir de nouveaux horizons pour développer le cinéma marocain, et à soutenir les producteurs et les distributeurs nationaux à chercher de nouveaux marchés, en particulier en Afrique et dans le monde arabe.
"Le marché du film" comprend des stands dédiés aux participants venus de plusieurs pays arabes et européens, et aux représentants des festivals et des sociétés de production audiovisuelle et de distribution marocaines et étrangères, ainsi qu'une cinémathèque, outre un espace de rencontre entre les professionnels du cinéma pour mettre en place des projets de production commune.
Selon la Fondation "Cinémana" (notre cinéma), organisatrice de cet événement, quelque 53 films concourent en compétition officielle, dont 24 courts métrages (16 pays), 18 films d'animation (11 pays) et de 11 documentaires (9 pays).
Au programme de cette manifestation culturelle figure l'organisation de master class autour de plusieurs thématiques liées au cinéma, en l'occurrence "la production commune et la promotion de l'industrie cinématographique", "l'industrie du film", "les perspectives des études cinématographiques au Canada" et "votre chemin à l'Oscar".

M.O.
Vendredi 1 Décembre 2017

Lu 1141 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs