Tahar Ben Jelloun présente à Rabat son roman “Les amants de Casablanca ”

Mercredi 24 Mai 2023

Tahar Ben Jelloun présente à Rabat son roman “Les amants de Casablanca ”
Un mariage presque parfait peut-il résister à l'usure du temps et au poids de la famille et des traditions ? C’est autour de cette question que se construit la trame du nouveau roman de Tahar Ben Jelloun "Les amants de Casablanca", qui a été présenté mercredi soir à Rabat.


Lors d’une rencontre-débat organisée par le Book Club Le Matin, le romancier et poète franco-marocain a indiqué avoir voulu, à travers l’histoire de Nabil et Lamia, un couple bourgeois dont le mariage est au bord de l’implosion, critiquer l’"énorme poids" de la famille et des apparences sociales qui condamnent à l’échec bien d’unions qui auraient pourtant tout pour réussir.


"Les amants de Casablanca" (336 pages, Editions Gallimard, 2023) décrit comment la routine et la désillusion, couplées à l’ingérence de la famille, finissent par former un cocktail explosif qui fait éclater l’union de Lamia, une pharmacienne brillante et ambitieuse et Nabil, un médecin humaniste et engagé, un peu trop.

Déçue de voir son époux prendre soin de ses patients déshérités plus que de son couple, l'épouse désabusée vit en silence une traversée du désert qui la conduit vers le chemin sinueux de la trahison. Comment l’un et l’autre ont-ils pu laisser les choses se compromettre à ce point ? Tahar Ben Jelloun laisse à sa plume habile et à sa formation de psychologue le soin de décrire les états d’âme de Lamia et Nabil dans toute leur ambivalence et leur complexité, tout en se gardant de prendre parti pour l’un ou l’autre.
"Je suis romancier, pas juge. Le romancier est un observateur, un témoin de l’époque", clame l’écrivain en réponse à une question sur cette position de "neutralité" qu'il a adoptée tout au long du récit. 


Casablanca, métropole aux mille visages et identités, sert de toile de fond pour ce récit sur la débâcle d’un jeune couple exemplaire en apparence mais gangrené de l’intérieur par ses contradictions et ses inhibitions qui sont, selon l’auteur, le lot de bien d’autres couples contemporains tiraillés entre modernité et traditions.

Expliquant ce choix, Tahar Ben Jelloun a indiqué, dans une déclaration à M24, la chaîne télévisée d’information en continu de la MAP, que "Casablanca joue un rôle très important dans le roman parce que c’est le poumon, le cœur du pays et c’est une place de l’argent, du pouvoir, de la puissance mais aussi de la pauvreté et des contradictions".

 
L’écrivain dit avoir profité de ce décor pour "noter toutes les contradictions de notre société qui a un pied dans la modernité et un autre dans la tradition", ajoutant qu’il s’agit d’"une fiction mettant en scène des personnages de la vie quotidienne et leur histoire d’amour à travers laquelle je raconte aussi le Maroc d’aujourd’hui".


Libé

Lu 1113 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe






Inscription à la newsletter