Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

TEDx à la rescousse de l'expression orale des jeunes

Les exposés couvrent différents domaines dont la science, la politique, l'art et l'architecture




 Les jeunes ne manquent pas de bonnes idées qui peuvent changer le monde. Pour les montrer et les exposer au plus grand nombre, les conférences "TED", "Technology, Entertainment, Design", s'avèrent de plus en plus l'endroit idéal. Inventé aux États-Unis dans les années 1980, ce concept connaît un succès grandissant partout dans le monde. Face à un public, des femmes et des hommes aux idées novatrices possèdent dix-huit minutes pour délivrer un parcours, une idée, voire une vision. De la science, de la politique, de l'art, de la musique ou encore de l'architecture, les exposés couvrent un large éventail de sujets. Au fil du temps, les conférences ont été franchisées dans le monde entier sous la marque TEDx. A Casablanca, Rabat, Marrakech et bien d'autres villes du Royaume, nombreux sont les TEDx organisés ces dernières années sous l’impulsion des établissements d'enseignement, entreprises et associations. Le dernier en date, samedi à Rabat, organisé par l'Association marocaine "Chabab EL Hay" sous le thème "Seek Discomfort", de quoi appeler le public à quitter sa zone de confort et démarrer du bon pied, explique les organisateurs. Pour les speakers, s'exprimer lors de ces événements c'est donner l'image d'un individu ou d'un groupe de jeunes capable d'inspirer le changement et l'innovation. Mais y participer n'est pas donné à tout le monde. "Le comité d'organisation a repéré des profils de jeunes "influenceurs" ayant réussi, aussi bien au niveau local qu'en dehors du Maroc", a expliqué à la MAP, Bahaeddine Bourqadi, président de TEDxYouth@MadinatAlIrfane.
Parmi les dix "speakers" invités, figure Chaimae El Mahdaoui, la jeune Marocaine sélectionnée pour parler de son projet réussi "Salamat-e", une plateforme mobile dédiée aux voyageurs, fournissant des informations sur la prévention et la vaccination contre les maladies. Un exemple concret d'une belle réussite, puisque la start-up a remporté le premier prix, janvier dernier à Doha, de la deuxième édition de l'initiative qatarie Arab Innovation Academy (AIA), commente Ismaël, un participant. Cette manifestation a fait salle comble à l'amphithéâtre du Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST).
Parmi 200 candidatures provenant de 30 nationalités, "mon projet a été primé grâce au courage, à l'effort et la détermination, mais surtout grâce au sens de la prise de l'initiative", se réjouit Chaimae, la jeune étudiante chercheuse qui poursuit son master en biologie des cancers à l’Université Mohammed VI des sciences de la santé à Casablanca. L'autre expérience qui a grandement suscité l’intérêt des spectateurs, c’est la présentation du projet "InspireCorp", une entreprise de santé mentale s'activant dans le développement de la résilience et l’intelligence émotionnelle. Selon sa fondatrice, la psychologue Jihad Bnimoussa, tout le défi consiste à sortir de la zone de confort, interprétée dans ce cas-là par l'image d'un médecin dans son cabinet, pour tenter une nouvelle approche, en déployant des services de santé auprès des écoles et des universités.
Depuis sa création, l'entreprise a réussi déjà à développer des programmes créatifs de psychothérapie en langue arabe comme en anglais pour aider les jeunes au Maroc et dans le monde arabe à accroître leurs capacités émotionnelles et anticiper des problèmes à caractère psychiatrique, se félicite la jeune psychologue. Aider les jeunes à devenir la meilleure version d'eux-mêmes a été également l'intitulé du "speech" du blogueur Mustapha Fekkak, plus connu auprès du public sous le surnom de "Swinga". Lors de son intervention, le créateur des vidéos à succès "Aji Tfham" a livré des conseils efficaces pour aider les jeunes à créer et saisir de nouvelles opportunités. Pour lui, les personnes qui réussissent sont les gens motivés, plus que jamais, à l'idée d'embrasser de nouveaux challenges. Avec des milliers d'abonnés sur sa chaîne, le "youtubeur" marocain n'a pas manqué l’occasion pour appeler les jeunes possédant un penchant pour la production artistique à profiter des réseaux sociaux afin de répondre à leurs pulsions artistiques, tout en contribuant à la promotion de la culture et du savoir au service de la société.

A.A
Mercredi 20 Février 2019

Lu 616 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com