Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Sylvester Stallone réclame au producteur de “Rocky ” et “Creed” ses droits sur la franchise


Libé
Mercredi 20 Juillet 2022

Sylvester Stallone réclame au producteur de “Rocky ” et “Creed” ses droits sur la franchise
Scénariste et vedette de Rocky (1976) et de ses cinq suites, Sylvester Stallone ne possède pourtant - selon ses dires - aucune part de cette franchise à succès. Sur Instagram, l'acteur américain a sommé ce dimanche le producteur de la saga, Irwin Winkler, de lui rendre "ce qui reste de ses droits" sur les films. "Après qu'Irwin a contrôlé Rocky pendant plus de 47 ans, et maintenant Creed, j'aimerais vraiment récupérer au moins un peu de ce qui reste de mes droits, avant qu'il les transmette à ses enfants uniquement - je crois que ce serait un geste équitable de la part de ce monsieur de 93 ans", a écrit Sylvester Stallone en légende de son post. Les droits de la franchise Rocky ont longtemps été un point de discorde entre Sylvester Stallone et le producteur. En 2019, déjà, Irwin Winkler avait été surpris d'apprendre que l'acteur était mécontent de la part qu'il avait touchée. Dans une interview au média américain Variety Sylvester Stallone avait à l'époque confié avoir reçu près de 2,5 millions de dollars grâce au premier volet de Rocky mais maintenait avoir été lésé sur le montant de ses droits. Dans le même article, une source révélait également que l'acteur avait touché plus de 10 millions de dollars sur Creed, spin-off de Rocky, et sa suite, sortie en 2018. Un troisième volet de Creed est prévu pour novembre prochain. Il s'agit du premier projet de la franchise Rocky dans lequel Sylvester Stallone n'apparaîtra pas. Il fera toutefois office de producteur aux côtés d'Irwin Winkler.


Lu 293 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.