Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Star Wars Les Derniers Jedi” : La saga perd des étoiles

Le film a néanmoins réalisé le deuxième meilleur démarrage de l'histoire du box-office




 Alors que "Le Réveil de la Force", premier épisode de cette troisième trilogie "Star Wars", n’avait pas soulevé l’enthousiasme, "Les Derniers Jedi" creuse un peu plus le fossé. Même si le film a des qualités, Rian Johnson n’insuffle pas la force attendue, bien qu'il a tâté de la science-fiction avec "Looper" et s’est distingué sur la série "Breaking Bad". En effet, les espoirs étaient grands à l’annonce de révélations sur les origines et les pouvoirs de la "Force", l’importance du retour de la princesse Léia avec Carrie Fisher une dernière fois à l’écran dans le rôle qui l’a rendue célèbre, et celui de Mark Hamill en Luke Skywalker vieillissant… Le très réussi "Rogue One : A Star Wars Story", qui sortait l’an dernier des clous de la saga classique, redonnait également confiance. Mais même si "Les Derniers Jedi" recèle encore des qualités éparses, le film n’est pas à la hauteur des attentes.
"Le Réveil de la Force" suivait un canevas que d’aucuns ont reconnu comme plaqué sur un "Nouvel espoir" (épisode 4, en fait le premier film de 1977). "Les Derniers Jedi" renvoie à sa suite, "L’Empire contre-attaque"(1980). On y retrouve l’exil de Luke Skywalker, l’enseignement de Rey (Daisy Ridley) par ce dernier, la réapparition de Yoda, alors que Le Premier Ordre, qui a remplacé L’Empire, déploie toute sa puissance à éradiquer la Rébellion dispersée et en fuite, comme précédemment. La bataille finale sur la planète de sel évoque également celle de l’astre glacé qui ouvrait "L’Empire..."
Jusqu’ici d’une très belle tenue visuelle, la saga perd beaucoup sur ce plan. Conscient que le casque de Kylo Ren (substitut de Dark Vador) n’était guère convaincant, il l’abandonne dès sa première scène. La planète où règne un immense casino (qui n’est pas sans évoquer un Monaco galactique) est un naufrage esthétique, dans les décors, les costumes, les créatures… Pauvre en dramaturgie, elle introduit tout de même le voleur et escroc DJ sous les traits de Benicio Del Toro, meilleur atout du film. La garde prétorienne de Snoke (substitut de l’Empereur) est revêtue de costumes indignes de la série, pendant qu’Amilyn Holdo (Laura Dern) arbore des cheveux violets, digne d’une coloration Régé… Est-ce l’absence de Ralph McQuarrie, génial concepteur visuel de la franchise décédé en 2012, qui justifie cette baisse de régime? Toujours est-il que "Rogue One : A Star War Story" bénéficiait en 2016 d’une splendide direction artistique qui, elle, renouvelait l’esthétique Star Wars.
Quant aux personnages, ils manquent du charisme des rôles originaux. Les enjeux qui les motivent sont pourtant plutôt riches, avec le dilemme entre Kylo Ren/Ben Solo (fils de Han Solo/Harrison Ford) et Rey, même si le motif reste toujours celui du passage ou non du "côté obscure de la Force". Demeure également une très belle scène de bataille spatiale d’ouverture, d’autres visions spectaculaires, le personnage impressionnant de Snoke qu’interprète le génial Andy Serkis (César dans "La Planète des singes"), où la faune de l’île refuge de Luke Skywalker… Est-ce suffisant pour faire un bon Star Wars ? Ce qui est sûr, c’est que le public sera au rendez-vous.
Il est, par ailleurs, à rappeler que ce huitième épisode de la saga a réalisé la deuxième meilleure performance de l'histoire pour son week-end d'ouverture au box-office nord-américain. "Star Wars: Les derniers Jedi" a rapporté 220 millions de dollars au cours des trois premiers jours dans les salles en Amérique du Nord et se place directement en tête du box-office. Seul l'épisode précédent de la saga, "Le Réveil de la Force", avait réalisé une meilleure performance.

Jeudi 21 Décembre 2017

Lu 813 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal