Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Spike Lee à l’honneur au 74ème Festival de Cannes



Spike Lee à l’honneur au 74ème Festival de Cannes
Après avoir mis à l’honneur Agnès Varda pour l’affiche de son édition 2019, le Festival de Cannes a choisi d’honorer l’Américain Spike Lee, président du jury de la 74e édition, ont annoncé jeudi les organisateurs. Louant un “regard curieux”, “personnel” ‘tendre” et “malicieux”, le Festival a choisi de mettre en lumière le réalisateur sous les traits du personnage qu’il avait joué dans son premier long-métrage “Nola Darling n’en fait qu’à sa tête” (1986).

Sur l’affiche, Spike Lee, alias Mars Blackmon (un des trois amants de Nola Darling) est entouré de deux palmiers, faisant écho à la ville de Cannes et sa fameuse Croisette. Pied de nez des organisateurs, le film ayant été tourné dans sa ville, New York. “Parce que l’impatience est immense de retrouver le décor cannois: le bord de mer, les palmiers et l’écran noir qui accueillera en page blanche les films de la Sélection officielle”, écrivent les organisateurs dans un communiqué. Présenté à la Quinzaine des réalisateurs, “Nola Darling n’en fait qu’à sa tête” avait remporté le Prix de la jeunesse, dans la catégorie film étranger à Cannes en 1986. Le Festival, qui doit se tenir du 6 au 17 juillet, doit encore annoncer le film qui sera projeté lors de la “dernière séance” après le palmarès ainsi que la composition du jury, présidé par Spike Lee.

Cinéaste franc-tireur et premier artiste noir à occuper cette fonction, Spike Lee avait remporté le Grand prix à Cannes en 2018 avec “Blackkklansman”, sur un policier noir infiltré au Ku Klux Klan. Il signait alors son retour sur la Croisette, après 27 ans d’absence. Le film lui avait ensuite valu le tout premier Oscar de sa carrière.

Jean-Pierre Koffel

Spike Lee à l’honneur au 74ème Festival de Cannes
A l’occasion du 10ème anniversaire de la disparition de JeanPierre Koffel, l’Institut français (IF) de Kénitra rend hommage à la mémoire de ce poète et romancier français, né et décédé au Maroc, à travers plusieurs activités culturelles et artistiques. Ainsi, un premier hommage sera rendu à Koffel, samedi, par l’Institut français et les Amitiés Poétiques et Littéraires du Maroc (APLM) avec la présentation de la pièce de théâtre “C’est ça que Dieu nous a donné”, indique un communiqué de l’Institut français de Kénitra. Un groupe de poètes et d’auteurs rendra un second hommage, dimanche, à la mémoire du poète à travers un récital de poésies sous le thème “Jean-Pierre Koffel, cet apôtre d’Apollon”.

Dans la foulée de ces hommages, la Galerie de l’IF de Kénitra abritera du 19 juin au 17 juillet l’exposition “Jean-Pierre Koffel dans son temps”. Cette exposition, organisée en partenariat avec l’APLM, est une invitation à découvrir le parcours d’homme de lettres et d’artiste de Jean-Pierre Koffel.

Né à Casablanca le 21 novembre 1932 et décédé à Kénitra le 2 novembre 2010, Jean-Pierre Koffel est poète, nouvelliste et romancier “français du Maroc” comme il aimait se définir luimême. Agrégé de lettres classiques, brillant helléniste et latiniste, il a traduit Sophocle et Sénèque. Il a obtenu le Prix du Maroc de poésie en 1947 pour un poème paru dans la Vigie Marocaine. Durant sa vie, il avait dirigé plusieurs associations littéraires et poétiques au Maroc et collaboré avec plusieurs journaux et hebdomadaires.

Libé
Vendredi 18 Juin 2021

Lu 595 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Juillet 2021 - 18:00 La Femme au colt 45



Flux RSS