Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sous différentes casquettes, les femmes à l'avant-garde de la mobilisation à Taroudant


Libé
Samedi 16 Septembre 2023

Coude-à-coude avec les hommes, les femmes sont aux premières loges de la mobilisation pour venir en aide aux victimes du séisme d’Al Haouz. A Taroudant, elles sont sur tous les fronts et sous différentes casquettes pour contribuer à ce magnifique élan de solidarité qui anime les Marocains.

Choses vues sur le terrain, des femmes, de tous bords, ont répondu présent dès les premières heures de la catastrophe pour soutenir leurs compatriotes du mieux qu’elles peuvent.

Kawtar, la vingtaine, sert des repas à des personnes venues s'enquérir de l’état de leurs proches, admis à l’hôpital provincial de Taroudant. De jour comme de nuit, Kawtar dort peu pour rester dehors, malgré le froid, près de ceux et celles qui ont besoin de ce qu’elle fait. Et pas que, le lendemain de la catastrophe, elle a été sollicitée à ce même hôpital pour s’occuper d’enfants non accompagnés de leurs parents, de personnes âgées et autres.

Bénévole s’activant dans le cadre d’une association locale, Kawtar n’était pas à Taroudant au moment du séisme, et malgré la coupure des routes, elle a fait l’impossible pour répondre à l’appel du devoir.

Cette étudiante en deuxième année économie à la faculté témoigne de son expérience, tout en dissimulant ses larmes. "Je suis peinée par ce qui est arrivé aux victimes du séisme, mais je dois rester forte aux yeux de celles et ceux qui ont besoin de moi", dit-elle dans une déclaration à la MAP.

Naoual (40 ans) est secouriste auprès de l’organisation du Croissant rouge marocain. Elle prête main forte au personnel médical. Formée au secourisme, elle reçoit les blessés et leurs familles, leur donne les renseignements nécessaires, assure le soutien psychologique… Bref, tous les services à même d’alléger la souffrance des victimes et de décongestionner le personnel hospitalier.
 
"En tant que femme au foyer, ma famille et mes enfants ont grandement besoin de moi dans ces circonstances difficiles, mais je sens que rien n'est plus important que le devoir envers la patrie", souligne-t-elle. Non loin des stands du Croissant rouge marocain, Fatima, infirmière, est à pied d’œuvre. Elle paraît au bout de ses forces, les cernes racontent ses longues nuits blanches, mais affiche un sourire soulageant. Dans la nuit de vendredi à samedi, dix minutes après le séisme, Fatima a pris son courage à deux mains pour être la première sur le pont, laissant derrière elle des enfants qui la supplient de rester à la maison.

"Depuis vendredi soir, soit cinq jours d’affilée, je n’ai été à la maison qu’une fois, le temps de porter de nouveaux habits et voir la famille. Le reste de l’histoire se passe à l’hôpital. Les victimes du séisme ont besoin de nous et nous n’allons surtout pas les décevoir. C’est le moins que l’on puisse faire", raconte encore Naoual. En dehors de l’ambiance de la ville au douar Aït Taleb (25 km de Taroudant), Rabiâ (35 ans) se tient près de l’amas de décombres de sa maison détruite par le séisme. Elle n’est ni secouriste, ni infirmière, ni bénévole, mais une simple femme au foyer qui, laissant derrière elle ses peines, fait de son mieux pour réconforter et aider les autres familles du douar touchées par le désastre.

Sous une tante installée par les éléments de la Protection civile, elle improvise des repas chauds épaulée par d’autres femmes, à partir des produits alimentaires qui leur ont été acheminés dès le premier jour de la catastrophe. Rabiâa dit avoir tout perdu à cause du séisme, mais continue de donner de ce qu’elle a de plus précieux, sa générosité et son dévouement.

Kawtar, Naoual, Fatima et Rabiâa ont été unanimes à dire que ce qu’elles font n’est rien par rapport à ce que font les Autres sur les différents fronts. Mais ces "Autres" diraient la même chose, certainement, de ce que font ces femmes.

Dans la nuit de vendredi à samedi, la terre a tremblé, des maisons ont été détruites, des vies perdues, mais l’esprit de solidarité de ces femmes braves s’en est sorti indemne, à l’image de tout un pays, le Maroc, qui, comme à chaque crise, fort des valeurs qui anime toute la Nation, s’en sort plus fort.


Lu 631 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile







L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          





Flux RSS
p