Sofia Essaïdi brise le silence au sujet de la Star Academy


Quinze ans (déjà) après avoir fait tourner toutes les têtes dans la Star Academy, elle est de retour pour le plus grand bonheur de ses fans. Du haut de ses 34 ans, Sofia Essaïdi est l’une de celles qui ont su prouver à tout le monde que l’étendue de son talent ne s’arrêtait pas aux portes du château de Damary-les-Lys. Révélée dans la troisième saison du célèbre télé-crochet de TF1, la sublime native de Casablanca avait réussi à mettre tout le public et les professeurs d’accord grâce à ses prouesses vocales, théâtrales, mais aussi chorégraphiques. Un éventail très large, qui lui a permis d’accéder aux demi-finales, mais qui lui a surtout ouvert les portes d’une belle carrière. Après s’être distinguée sur les planches de la tournée de l’émission, elle est apparue dans Iznogoud, a brillé sur le petit écran dans Aïcha et a enchaîné les petits rôles dans des séries à succès. Côté chant, son premier album, Mon Cabaret, avait été une réussite, tout comme son rôle de Cléopâtre, la dernière reine d’Egypte, dans le spectacle musical du même nom. Cette année, c’est en star de Chicago que l’on retrouve celle que l’on a découverte en 2003, alors qu’elle n’était âgée que de 19 ans. L’occasion pour elle d’évoquer son parcours auprès de nos confrères de Télé-Loisirs.
Depuis le 18 septembre 2018, Sofia Essaïdi est en haut de l’affiche du théâtre Mogador. C’est sous les traits de Velma que, chaque soir – ou presque – la trentenaire illumine la salle parisienne au sein de l’un des shows les plus iconiques de Broadway. Adoubée par la critique et par le public, la jeune femme n’oublie pas d’où elle vient. Elle l’a d’ailleurs prouvé en revenant longuement sur son passé de Star académicienne, au cours de l’Interview sans filtre. Un entretien dans lequel elle n’a pas hésité à évoquer les mauvais côtés de son aventure. Elle qui «  garde un bon souvenir  » de l’émission et qui souligne que c’est elle qui lui a « permis d’être là  », assure pourtant que c’était « une expérience traumatisante ».
 «  Ça c'est sûr. Quand on est jeune, quand on a 19 ans, c'est traumatisant. Moi pour le coup, ça l'a été dans le bon sens, mais ça peut l'être dans le mauvais…, a-t-elle confié. Quand on sort, on est hyper célèbre. Donc c'est très violent quand on n'est pas venu pour ça. Je n'étais pas venue pour ça. J'étais vraiment venue pour devenir une artiste, c'était ma porte d'entrée dans ce métier-là. Du coup, je n'avais pas du tout prévu cette (fausse) célébrité qui est complètement démesurée. Tu ne pouvais pas sortir sans garde du corps, il y a des gens qui s'évanouissaient dans nos bras… Tu ne comprends pas ce qu'il t'arrive». Des mésaventures qui ne l’ont pas empêchée de devenir Une femme d’aujourd’hui !

Samedi 15 Décembre 2018

Lu 463 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br