Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sharon Stone se confie sur son AVC




En 2001, Sharon Stone était victime d’un grave AVC. Un événement qu’elle a longtemps tenu sous silence par crainte que cela n’affecte sa carrière. Alors qu’elle a célébré, il y a peu, son soixantième anniversaire, l’actrice est revenue sur ce drame qui a bien failli lui coûter la vie, dans les colonnes du magazine anglais Mirror.
Icône du cinéma américain, reine de beauté à la plastique impeccable, Sharon Stone n’en demeure pas moins une femme comme les autres face à la maladie. Pour preuve, durant l’automne 2001, elle est hospitalisée pour un AVC. Tout commence quand elle est atteinte d’une violente migraine qui l’aveugle, raconte le journal. Malgré la douleur, l’actrice phare de Basic Instinct préfère rester chez elle avec son époux de l’époque Phil Bronstein. Trois jours plus tard, elle se rend finalement à l’hôpital de San Francisco. Si les médecins pensent d’abord que la star surjoue, ils finissent rapidement par découvrir l’ampleur des dégâts. “J’ai eu un saignement cérébral et une attaque qui a duré neuf jours. Ils me donnaient 5 % de chance de survie”, raconte-t-elle au magazine anglais.
Sa première réaction ? Appeler sa mère, le plus rapidement possible avant d’être paralysée et de ne plus pouvoir parler. Si l’actrice est finalement sortie indemne de cette épreuve, les mois et les années qui ont suivi son hospitalisation ont été particulièrement douloureux. "Quand je suis rentrée chez moi, mon oreille gauche était touchée, je ne pouvais rien entendre. Je ne sentais pas ma jambe gauche. J’étais aveugle d’un œil et j’ai même été temporairement aveugle”, se souvient-elle. Avant d’ajouter : “C’était comme si mes sens me quittaient. Je n’ai pas pu écrire mon nom pendant trois ans. J’étais chanceuse d’être en vie mais les probabilités pour mon corps de se restaurer complètement étaient minimes”. Une guérison d’autant plus longue que les médecins n’ont pas vu qu’une de ses artères cérébrales s’était déplacée et affectait ses nerfs. Une fois cette opération effectuée, “ma vue est revenue, mon ouïe est revenue, bien qu'elle tombe de temps en temps. J'ai dû tout réapprendre, à peu près, à lire, écrire et parler”.
Pour rester attractive aux yeux des producteurs et des studios hollywoodiens, Sharon avoue ne pas avoir “voulu que le monde, et en particulier l’industrie du cinéma, sache à quel point c’était sérieux”.

Samedi 24 Mars 2018

Lu 27 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés